L’avion de demain, plus écologique, est en développement. Quatre des cinq entreprises qui prendront part à la seconde phase du projet Systèmes aéronautiques d’avant-garde pour l’environnement (SA²GE) proviennent de Saint-Laurent.

CAE se joint à l’aventure qui compte déjà Bombardier, Esterline CMC Électronique, Thales Canada ainsi que l’entreprise de Québec, TeraXion. L’arrivée du spécialiste des simulateurs de vol laisse présager une commercialisation de services, en plus de produits manufacturiers.

La moitié des 80 M$ consacrés sur cinq ans à la recherche et développement proviendra du gouvernement du Québec.

«Le développement économique du Québec repose sur l’entrepreneuriat, le manufacturier innovant et les exportations, trois ingrédients qui sont réunis dans le projet mobilisateur», souligne la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade, lors de l’annonce du financement, le 6 octobre.

Dans le cadre de SA²GE, plusieurs grandes entreprises travaillent, en collaboration avec des universités, des centres de recherche et des PME, sur des technologies innovantes qui s’intégreront dans les avions de demain. Moins polluantes, plus efficaces, elles se veulent moins coûteuses.

«Alors que le C Series vient d’être lancé, on est déjà en train de travailler sur la prochaine génération qui sera encore plus écologique. Je pense que c’est un exemple pour l’ensemble de l’économie québécoise», indique le leader parlementaire et député de Saint-Laurent, Jean-Marc Fournier.

Succès
La phase 1, qui avait débuté en 2010, est terminée depuis un an seulement, mais la directrice de SA²GE mesure déjà des résultats.

«On n’avait pas l’ambition que ce soit intégré si vite, explique Dominique Sauvé. L’objectif est souvent atteint dix ans plus tard, mais il y a des technologies qui ont déjà pu permettre des améliorations à la C Series.»

CMC Électronique a d’ores et déjà commercialisé des technologies développées lors de cette première phase.

La PME TeraXion, qui crée des modules pour les systèmes de communication aéroportés, a quant à elle joint la table des grandes entreprises grâce à ses succès.

«Nous présenterons de nouveaux produits d’ici 15 ans. Quatre-vingts brevets ont déjà été déposés», rappelle le président du conseil d’administration de SA²GE, Fassi Kafyeke.

Environnement
La nouvelle phase de SA2GE s’inscrit dans la lignée de deux annonces internationales en matière de réduction des gaz à effets de serre (GES), comme l’a souligné le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa.

L’accord de Paris sur le climat a été ratifié par le Canada le 5 octobre. L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a entériné, le 6 octobre, à Montréal, le premier accord visant à réduire les émissions de GES dans le secteur du transport aérien.

«À Saint-Laurent, on travaille fort pour avoir une communauté axée sur l’environnement et des bâtiments écologiques, rappelle-t-il. C’est un très bon exemple d’efforts déployés pour construire une économie verte qui augmente notre compétitivité.»

En plus de l’environnement, le maire a rappelé que l’innovation aérospatiale se passait à Saint-Laurent, avec notamment les bureaux de SA²GE sur la rue Saint-Germain.

Apport laurentien

avion-ecologique-sa2ge-cae-7-fassi-kafyekeBombardier améliorera la conception et la fabrication de structures d’avion en matériaux composites et métalliques. «L’avion CS100 a reçu la première déclaration environnementale de produit de l’industrie aéronautique», indique le directeur de la conception avancée et des technologies stratégiques, Fassi Kafyeke.

avion-ecologique-sa2ge-cae-9-marc-parentCAE créera une nouvelle génération de technologies de formation de pilotes, synthétique et virtuelle. «Nous voulons maximiser l’utilisation de simulateurs de vols, ce qui permet de sauver de l’essence et donc de diminuer les GES», annonce le PDG, Marc Parent.

avion-ecologique-sa2ge-cae-10-patrick-champagneEsterline CMC Électronique intégrera des fonctionnalités d’éconavigation sur une plateforme d’avionique modulaire pour optimiser les trajectoires de l’aéronef, «des technologies qui permettront de gaspiller moins de carburant», soutient le vice-président, Patrick Champagne.

avion-ecologique-sa2ge-cae-11-marc-andre-talbotThales Canada mettra en place un contrôleur critique spécialement adapté aux besoins des systèmes non avioniques, «ce qui permettra de diminuer le poids de l’équipement embarqué», note le directeur de la recherche et des développements, Marc-André Talbot.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!