pacophoto.ca La quantité d'entreprises industrielles et l'utilisation de poêles à bois continuent de nuire à la qualité de l'air dans l'est de Montréal.

ENVIRONNEMENT. Le bilan 2017 sur la qualité de l’air du Service de l’environnement de la Ville de Montréal dresse un portrait relativement positif. Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) abonde dans le même sens, mais émet toutefois certaines réserves, alors que la situation s’avère moins belle dans l’est de l’île.

Même si sur les cinq dernières années, le nombre de jours où la qualité de l’air à Montréal a été classée mauvaise a diminué, ceux-ci ont augmenté de 2016 à 2017, passant de 29 à 34.

Cette augmentation n’est pas nécessairement inquiétante, selon Coralie Deny, directrice générale du CRE-Montréal, mais une prise de conscience collective doit tout de même avoir lieu.

«On voit ça comme si c’était seulement 34 jours. En revanche, cela veut dire qu’il y a 34 jours dans l’année où l’air qu’on respire n’est pas du tout de bonne qualité», fait-elle valoir.

Une situation pire dans l’est

À l’exception d’une station située près du projet Turcot, ce sont les deux stations situées le plus à l’est de l’île, plus précisément à Rivière-des-Prairies et Pointe-aux-Trembles, qui ont enregistré le plus de jours où la qualité de l’air était mauvaise ou moyenne. Le 6 janvier 2017, alors qu’un avertissement de smog était en vigueur, la station de RDP était même la seule de toute l’île à enregistrer une mauvaise qualité d’air. Selon le document du Service de l’environnement, cela est dû à l’utilisation du bois de chauffage par les citoyens, et ce, malgré qu’il soit «interdit d’utiliser un appareil ou un foyer à combustible solide durant un avertissement de smog».

Lorsque la qualité de l’eau potable est seulement acceptable, on n’est pas vraiment tenté de la boire. Avec l’air, on n’a pas la même vision. Pourtant, la qualité de l’air que l’on respire, c’est aussi important pour la santé publique, sinon encore plus. -La directrice générale du CRE-Montréal, Coralie Deny

Coralie Deny rappelle également que les usines ont d’abord été construites dans l’est de l’île, car les vents dominants vont d’ouest en est. «Le chauffage au bois a un lien direct avec la santé publique. Les gens s’inquiètent plus quand il y a des odeurs désagréables comme celle du fumier, mais c’est beaucoup moins nocif que la fumée dégagée par les poêles non conformes. Puis, il y a encore beaucoup d’usines qui polluent, en plus des camions et des autoroutes plus présents dans l’est», poursuit-elle.

Qualité «acceptable»

Outre les journées où l’air est mauvais et celles où il est bon, il y a celles où il n’est qu’ «acceptable». À travers la quinzaine de stations du Réseau de surveillance de la qualité de l’air, on en a compté entre 66 et 157 au cours de 2017.

Bien que du progrès ait été fait au cours des dernières années, cette dernière est convaincue qu’il y a toujours place à amélioration, entre autres concernant les véhicules motorisés. «Tant qu’on ne revoit pas le parc automobile, les chantiers de construction et les autobus, qui polluent tous énormément, on ne pourra pas s’assurer d’une meilleure qualité de l’air à Montréal. Il y a un travail majeur à faire quant au transport», laisse entendre la DG du CRE-Montréal.

Celle-ci tenait à souligner l’exercice de la Ville de Montréal, qui fait selon elle preuve de transparence en publiant ce bilan. «Il faut trouver comment, collectivement, on peut améliorer la qualité de l’air. Cela reste à voir si à plus long terme les améliorations seront réelles», de conclure la directrice générale. Pour voir le bilan complet, cliquez ici.

  La qualité de l’air dans l’est de Montréal

  • Station RDP: 206 jours d’air de bonne qualité, 148 jours d’air de qualité acceptable et 10 jours d’air de mauvaise qualité
  • Station PAT: 217 jours d’air de bonne qualité, 139 jours d’air de qualité acceptable et 9 jours d’air de mauvaise qualité
  • Station Anjou: 293 jours d’air de bonne qualité, 66 jours d’air de qualité acceptable et 6 jours d’air de mauvaise qualité

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!