Mario Beauregard/TC Media Frédéric Dionne et Éric Rocheleau.

Universités québécoises, théâtres, arénas, Sièges Ducharme a installé plus d’un million de sièges au Canada et aux États-Unis depuis près de 60 ans. Portrait d’une entreprise qui réinvente la simple chaise.

«Il est impossible qu’un Montréalais ne se soit pas assis sur l’un de nos produits dans sa vie», lance d’emblée Frédéric Dionne, vice-président à la direction à Sièges Ducharme.

Au départ, cette compagnie léonardoise confectionnait du mobilier scolaire, dont des pupitres. Toutefois, le siège pour les salles de théâtre a rapidement été une demande pour l’entreprise qui a saisi l’opportunité au bond. Des décennies plus tard, Sièges Ducharme s’est fait un nom pour la conception, confection et installation de sièges pour tout type de salle, de l’auditorium à la salle de théâtre, sans oublier les arénas et les grands stades sportifs.

«Nous sommes un petit joueur dans un grand marché, mais une forte proportion du marché nous connaît. Nous ne sommes pas parmi les plus grands joueurs, mais nous sommes ceux avec beaucoup d’expertise», souligne Éric Rocheleau, président de Sièges Ducharme.

Selon ce dernier, l’entreprise se distingue de ses compétiteurs par la qualité des produits qu’elle offre, mais aussi par sa grande ouverture au besoin des clients. Il n’offre pas un produit dans un catalogue que le client doit choisir. Il propose des produits sur mesure et personnalisables.

«Nous partons de l’inspiration du client et nous regardons comment on peut la réaliser. Nous gardons les composantes mécaniques de nos sièges et nous créons le siège en écoutant les demandes des clients. Les gens ne comprennent pas encore jusqu’où on peut aller avec nos produits», indique M. Rocheleau.

Peu connu
Éric Rocheleau et son confrère Frédéric Dionne ont vu le potentiel de cette entreprise et l’ont acheté en 2016, devenant la cinquième génération de propriétaires québécois à la tête de la compagnie depuis sa fondation en 1959. Ces deux entrepreneurs, fiers de leurs produits et de la cinquantaine d’employés travaillant en haute saison pour la compagnie, se désolent que peu de gens connaissent l’entreprise à Montréal.

«Nous ne pouvons pas nous permettre que nos compatriotes ne nous connaissent pas. Tous les Montréalais de plus de 18 ans se sont assis au moins une fois sur l’un de nos produits, mais ils l’ignorent», déplore Frédéric Dionne, vice-président à la direction à Sièges Ducharme.

«C’est terminé les architectes montréalais qui ne nous connaissent pas. Nous voulons devenir un incontournable et un modèle», ajoute M. Rocheleau.

L’avenir
Alors que la promotion de l’entreprise dans la province fait partie des objectifs des deux hommes d’affaires, ceux-ci souhaitent également faire leur entrée dans le marché européen.

«Nous sommes en discussion avec l’Europe. Si l’opportunité est là, nous verrons des sièges Ducharme sur ce continent dans quelques années», espère M. Rocheleau.

En attendant, l’entreprise a plusieurs autres projets en branle au Canada et aux États-Unis, dont la nouvelle aire parlementaire à Ottawa.

Prix ESTim
La Chambre de commerce de l’est de Montréal a décerné le prix ESTim, entreprise manufacturière ayant un chiffre d’affaires de plus de 5 M$ à Sièges Ducharme, au cours du mois de mai.

Ces prix sont décernés aux entreprises et organisations s’étant démarquées au cours de la dernière année.

Quelques projets signés Sièges Ducharme

  • Théâtre Maisonneuve et la salle Wilfrid-Pelletier de la Place-des-Arts
  • Maison symphonique de Montréal
  • Auditoriums du Centre universitaire de santé McGill
  • Salles de classe des universités montréalaises, dont Concordia et l’Université de Montréal
  • Country music Hall of Fame, à Nashville
  • Four seasons Center for the performing arts, à Toronto
  • Daytona racing circuit, Floride

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!