Audrey Gauthier/TC Media La brigade piétonne du SPVM était de passage à Saint-Léonard, le 8 août dernier.

La brigade piétonne du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) était de passage à Saint-Léonard afin de sensibiliser les piétons, spécifiquement les aînés, à traverser de façon sécuritaire aux intersections.

Les huit membres de la brigade étaient accompagnés des cadets du poste de quartier 42 ainsi que de l’agente sociocommunautaire. Le groupe avait ciblé l’intersection de la rue Jarry et du boulevard Viau, situé à proximité d’une résidence pour personnes âgées, d’une banque et d’une pharmacie.

«Nous avons choisi cet endroit, car il y a eu un accident mortel impliquant un piéton aîné à cette intersection, plus tôt cette année», précise l’agente sociocommunautaire Thi Truc Mai Dang.

Lancée le 25 juillet dernier, la brigade effectue des opérations de sensibilisation sur l’île de Montréal afin d’informer la population des règles pour traverser à une intersection et ainsi diminuer le nombre d’accidents.

«En 2016, sur les 22 accidents mortels à Montréal, 16 impliquaient des piétons, dont 11 personnes âgées de plus de 55 ans. C’est beaucoup d’aînés et c’est 11 de trop», souligne Jean-Bruno Latour, sergent superviseur du Module conseil à la section sécurité routière du SPVM.

«Nous sommes le deuxième arrondissement avec la plus forte population aînée. Nous voulions sensibiliser la population sur la bonne façon de traverser la rue. Ça va peut-être lui prendre deux minutes de plus pour traverser de façon sécuritaire, mais au moins le piéton sera vivant», ajoute l’agente sociocommunautaire.

Jusqu’à présent, 1500 citoyens ont été rencontrés par les membres de la brigade au cours des six dernières opérations. Celle de Saint-Léonard a permis de sensibiliser plusieurs dizaines de résidents.

«Nous allons répéter le message et ainsi sauver une vie à la fois. Chaque personne rencontrée aujourd’hui peut faire une différence», indique le sergent Latour.

Mal informés
Lors des différentes opérations, les membres de la brigade ont réalisé que la population ne connaissait pas la signification des feux de signalisation ni la manière sécuritaire de traverser aux intersections.La brigade piétonne ainsi que des cadets policiers ont informé les piétons de la façon sécuritaire de traverser une intersection.

La brigade piétonne ainsi que des cadets policiers ont informé les piétons de la façon sécuritaire de traverser une intersection.

«Il y a une forte méconnaissance de la fonction des feux pour piéton. C’est important de la respecter, car il y a en moyenne 700 piétons blessés gravement par année, sans compter les milliers de blessés légers», fait valoir le sergent Latour.

«La brigade est une bonne idée, car si on n’informe pas la population ni la sensibilise, ce sera l’anarchie aux intersections», indique Louisa, une piétonne rencontrée par la brigade qui a avoué ignorer qu’elle ne devait pas s’engager dans la rue lorsque le feu de signalisation est une main qui clignote.

Après une première opération de la brigade à Saint-Léonard, l’agente sociocommunautaire en fera le constat. Si l’impact est positif, la brigade pourrait être de retour dans d’autres rues léonardoises au cours des prochains mois.

Traverser une intersection de façon sécuritaire

La silhouette blanche fixe indique à un piéton qu’il peut traverser la chaussée dans le passage réservé à cette fin. Il doit traverser avec prudence en prêtant une attention particulière aux véhicules pouvant effectuer un virage. Le décompte numérique indique la durée totale accordée aux piétons pour traverser l’intersection.

La main clignotante orange accompagnée d’un décompte numérique indique à un piéton qu’il peut s’engager sur la chaussée seulement s’il est en mesure d’atteindre le trottoir de l’autre côté de la rue ou la zone de sécurité avant que le feu passe à la main orange fixe. Il revient donc au piéton de juger s’il peut traverser ou non.

La main clignotante orange non accompagnée d’un décompte numérique indique à un piéton qui a déjà commencé à traverser qu’il doit presser le pas jusqu’au trottoir de l’autre côté de la rue ou à la zone de sécurité. Le piéton ne peut s’engager sur la chaussée s’il n’a pas déjà commencé à traverser.

La main orange fixe indique à un piéton qu’il ne peut s’engager sur la chaussée. Le décompte numérique indique 0 lorsque la main orange fixe est affichée. Dans cette situation, le piéton se doit d’attendre la prochaine silhouette blanche.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!