Le bilan annuel de la sécurité routière de l’année 2011 a été dévoilé le 3 avril.

Le responsable de la sécurité publique au comité exécutif de la Ville de Montréal Claude Trudel a mentionné par voie de communiqué que le partage de la route en milieu urbain est l’enjeu qui pose le plus grand défi, autant pour les piétons, cyclistes et automobilistes que pour l’Administration municipale et les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui doivent intervenir quotidiennement sur toute l’île de Montréal.

Les statistiques le confirment: tous les usagers de la route se partagent la responsabilité des causes de collisions occasionnant des décès et blessures graves

Montréal agit

Le responsable du transport à la Ville de Montréal, Michel Bissonnet, a indiqué que la Ville déploie tous les efforts nécessaires pour sécuriser les déplacements des Montréalais.

« Tel qu’indiqué dans le Plan de transport, la Ville de Montréal s’était fixée une cible à atteindre : réduire de 40 % le nombre d’accidents entre 2007 et 2017. Après cinq ans, on peut affirmer que la Ville a réduit globalement les accidents corporels de 25 %. C’est donc plus de la moitié de notre objectif qui est atteint », a-t-il ajouté.

Des efforts à maintenir

Selon le bilan routier 2011, la situation s’est stabilisée depuis 2008. L’inspecteur-chef Daniel Allard, chef de la Division de la sécurité routière et de la circulation au SPVM a expliqué que les statistiques indiquent que le nombre total de collisions causant des blessures a diminué de 6,6 %, soit 18 blessés graves et 375 blessés légers de moins qu’en 2010. De plus, il y a eu en 2011 une collision mortelle de moins que l’année précédente, pour un total de 39 victimes. Les usagers de la route les plus vulnérables sont les piétons. Ils ont été au cœur des interventions quotidiennes en 2011 et continueront de l’être en 2012.

« Nous assistons à une modification des habitudes des piétons qui adoptent des comportements plus sécuritaires. Cependant, ils représentent toujours une forte proportion des victimes, soit 46 % de l’ensemble des décès survenus lors de collisions », a mentionné M. Allard.

En 2011, le nombre de décès de cyclistes est évalué à quatre, même nombre que l’an dernier. Les cyclistes représentent 10 % de l’ensemble des victimes d’accidents mortels. En outre, on répertorie six blessés graves supplémentaires et 112 blessés légers de moins qu’en 2010.

« Cette année, nous continuons à appliquer, de concert avec les services techniques de la Ville de Montréal, une approche intégrée qui allie l’éducation et la prévention; l’aménagement du réseau routier et la signalisation ainsi que l’intervention et le contrôle. C’est, d’après notre expérience et selon plusieurs études scientifiques, une excellente combinaison de moyens pour améliorer le bilan routier », a conclu M. Allard.

( Source : Service de police de la Ville de Montréal)

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!