Avec près de 20 000 personnes vivant sous le seuil de la pauvreté à Saint-Léonard, selon une récente étude du CSSS, les organismes de lutte contre la pauvreté travaillent d’arrache-pied actuellement afin de permettre à un maximum de familles de passer un Noël dans la dignité.

Marie-Claude Chiasson

Pour une quatrième année consécutive, le Magasin-Partage de Noël à Saint-Léonard sera un de ceux-là, lui qui attend l’inscription de 120 familles démunies le 10 novembre prochain pour leur offrir une épicerie à un coût très modique, soit 10 % de sa valeur réelle.

« Pour une épicerie d’environ 75 $, il va en coûter 7,50 $ pour les familles », illustre Charles Cousineau, président du conseil d’administration de Concertation en sécurité alimentaire de Saint-Léonard principal organisateur du Magasin-Partage de Noël.

À la différence des années passées où les familles étaient sélectionnées selon des références données par les organismes communautaires, cette année, le Magasin-Partage de Noël à Saint-Léonard fait appel directement à la population.

« En passant par les organismes, on perdait trop de monde, même si on est conscient qu’on devra probablement en refuser étant donné que ça nous arrive chaque année », soutient M. Cousineau.

Des ressources manquantes

Tout au cours du mois de décembre, 5655 ménages montréalais profiteront du Regroupement des Magasins-Partage de l’Île de Montréal présent dans 19 quartiers montréalais.

Depuis quatre ans, le Magasin-Partage de Noël à Saint-Léonard doit hausser sa distribution d’une douzaine de familles chaque année et reconnaît que les besoins sont toujours en hausse en 2014.

« Nous ne pouvons en faire plus parce que nous n’avons ni l’organisation ni les ressources pour le faire. Nous devrons certainement refuser des gens comme c’est le cas chaque année », observe M. Cousineau.

Si le Magasin-Partage de Saint-Léonard sera responsable de la distribution de 120 épiceries en décembre, ce chiffre est peu représentatif du nombre de familles démunies.

D’ici au 25 décembre prochain, ce sont plutôt quelque 600 ménages de Saint-Léonard qui bénéficieront d’aide alimentaire, grâce notamment à trois autres organismes communautaires, soit Le Garde-Manger de Rosalie (Société Saint-Vincent-de-Paul), le Mouvement fraternité multi-ethnique et l’Association haïtiano-canado-québécoise d’aide aux démunis.

Ailleurs à Montréal, Hochelaga-Maisonneuve arrive en tête avec le nombre de familles soutenues par le Magasin-Partage, soit 810, suivi de Villeray avec 520.

Moisson Montréal est un partenaire majeur dans cette initiative, lui qui fournit majoritairement les denrées alimentaires.

 

Portrait des défis populationnels de Saint-Léonard

Sur une population de 75 705 personnes à Saint-Léonard,  26,1 % sont à faible revenu comparativement à 24,6 % dans le grand Montréal. Cela représente environ 19 500 personnes vivant sous le seuil de la pauvreté à Saint-Léonard.

Le taux de chômage est de 11,6 % comparativement à 9,7 % à Montréal. Près de 30 % de la population est sans diplôme, alors que ce chiffre est bien supérieur à Montréal (18,7 %). Enfin, 30,4 % des familles sont monoparentales.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!