Archives TC Media L'année dernière, la majorité des plaintes léonardoises concernait des personnes handicapées.

Alors que l’ombudsman de Montréal a traité un nombre record de dossiers en 2015, moins d’un pour cent d’entre eux touche Saint-Léonard.

Sur les 1731 nouvelles demandes reçues en 2015 et les 71 enquêtes déjà en cours, seulement 14 plaintes proviennent du territoire léonardois. Seuls les arrondissements d’Anjou (9) et de L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève (4) ont déposé moins de demandes. Les secteurs les plus touchés sont Le Plateau-Mont-Royal (104), Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (71), Ville-Marie (66), Rosemont–La Petite-Patrie (65), Ahuntsic-Cartierville (57) et Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (55).

«Un nombre élevé de plaintes ne signifie pas nécessairement que cet arrondissement ou ce service a une gestion problématique. En raison de leur clientèle particulière ou de leurs caractéristiques, certaines entités sont naturellement plus susceptibles de faire l’objet d’une plainte. Le nombre de plaintes par entité demeure néanmoins une information pertinente», mentionne Me Savard, l’ombudsman de Montréal, par voie de communiqué.

Sur les 14 dossiers léonardois, la majorité (5) concerne des personnes handicapées. La voirie et les travaux publics suivent de près avec trois dossiers. Les autres sujets touchent la qualité des services (2), la nuisance (2), le déneigement (1) et les arbres (1).

Deux dossiers ont fait l’objet d’une enquête par l’ombudsman, soit l’abolition d’une place de stationnement réservée aux personnes handicapées et l’insatisfaction des travaux d’asphaltage réalisés par l’arrondissement. Le premier a été référé pendant l’enquête et le second a été refusé après enquête.

L’ombudsman n’a émis aucune recommandation formelle, en 2015. Tous les problèmes identifiés ont pu être réglés à l’amiable, en collaboration avec le service ou l’arrondissement concerné.

«Les services que nous offrons sont très importants. Nos interventions permettent de corriger des erreurs, d’identifier des lacunes dans la gestion de dossiers, d’améliorer la qualité des services municipaux et de trouver des solutions viables et efficaces, en tenant compte des attentes légitimes et des contraintes respectives des citoyens et de la Ville», indique Me Savard.

Hausse
L’augmentation du nombre de demandes constaté à Montréal a également été ressentie à Saint-Léonard, alors que la proportion a plus que doublé en une année.
En 2014, six nouvelles plaintes avaient été déposées par des Léonardois concernant les arbres (1), la bibliothèque (1), le bruit (1), la qualité des services (2) et le stationnement (1).

Toutefois, le temps d’enquête a drastiquement chuté passant de 52,33 jours ouvrables, en 2014, à 13,5, en 2015. À Montréal, le délai moyen est de 44,34 jours ouvrables, en 2015.

Ombudsman de Montréal

Créé en 2003, le bureau de l’ombudsman de Montréal compte une équipe de neuf personnes. Il intervient, en dernier recours, pour s’assurer que les droits municipaux des citoyens soient respectés et que leurs dossiers soient traités avec respect, justice et équité par tous les intervenants municipaux. Ce service gratuit et facilement accessible contribue à la promotion d’une culture axée sur la qualité des services, une plus grande transparence et un processus décisionnel juste et équitable, au sein de la Ville de Montréal.

L’ombudsman offre également le seul recours possible pour assurer le respect de la <@Ri>Charte montréalaise des droits et responsabilités<@$p>, par les gestionnaires et employés municipaux ainsi que par les élus.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!