(Photo: Gracieuseté - NCG) La pétition lancée lundi contre le New City Gas a déjà recueilli plus d'une centaine de signatures.

Épuisés des désagréments causés par la salle de spectacles New City Gas, des résidents de Griffintown ont lancé une pétition dans le but de faire retirer temporairement le permis d’alcool à l’établissement de la rue Ottawa pouvant accueillir jusqu’à 4600 personnes. Il s’agit du meilleur moyen, selon eux, d’atténuer les problèmes causés par la clientèle jugée dérangeante en attendant qu’une solution permanente soit trouvée.

Malgré plusieurs plaintes logées à la police, à l’arrondissement et au New City Gas ces six dernières années, les problèmes de voisinage persistent aux dires de Jean-Philippe Gavin, un copropriétaire de l’immeuble à condominiums Lowney sur ville. D’autant plus que le chantier du bassin de rétention William, mené par la Ville de Montréal en face de la salle de spectacles, ne fait qu’empirer la situation depuis les dernières semaines.

Pour changer les choses, ce dernier a lancé il y a un mois le groupe Action NCG, qui rassemble une centaine de copropriétaires et d’étudiants vivant dans les résidences de l’École de technologie supérieure (ÉTS).

«Il y a beaucoup de plaintes sur les réseaux sociaux, mais peu d’actions, déplore-t-il. Beaucoup de gens se sentent impuissants face à la situation. Je voulais donc qu’ils voient qu’il est possible de passer de la parole aux actes.»

En plus de subir des problèmes de bruits liés aux fêtards qui sortent dans la rue et aux klaxons des taxis, les résidents sont régulièrement témoins de bagarres, de casse, de conducteurs aux facultés affaiblies et de déchets laissés sur le trottoir comme des condoms souillés ou des bouteilles de bière brisées.

Des clients du New City Gas fortement intoxiqués ont même déjà tenté d’entrer par infraction dans les immeubles à condominiums voisins.

Outre la pétition, qui sera en ligne jusqu’au prochain conseil d’arrondissement en août, une plainte officielle a été déposée à la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ), qui s’occupe de l’émission et du retrait des permis d’alcool. Le dossier est en cours de traitement.

Solutions
Les gestes posés ne sont pas faits dans le but de fermer la salle de spectacles, tient à préciser M. Gavin. «On veut seulement qu’il n’y ait plus 2500 personnes qui débarquent en plein quartier résidentiel tous les week-ends. La meilleure solution serait de déplacer la sortie du bar et le poste de taxis sur la rue Wellington, qui est une rue commerciale», indique-t-il.

Il aimerait également que des poubelles soient installées autour de l’établissement et que davantage d’agents de sécurité soient présents.

L’arrondissement travaille présentement à déplacer la station de taxis située à l’intersection des rues Ann et Ottawa. «Nous sommes en train de voir s’il est possible de la déplacer sous le tunnel Ottawa pour régler le problème des klaxons», explique le conseiller du Sud-Ouest, Craig Sauvé.

De son côté, le New City Gas a mis en place différentes mesures ces dernières années afin d’améliorer la quiétude des résidents, notamment la création d’une ligne téléphonique 24 heures pour signaler tout problème, l’embauche d’un gardien de sécurité affecté à l’immeuble résidentiel voisin et de deux équipes qui procèdent au nettoyage des rues après chaque événement.

«Nous avons aussi proposé des solutions à la Ville et l’arrondissement. Il suffit de les mettre en place pour améliorer grandement la situation», indique le propriétaire de l’établissement, Tron Huu.

Leurs solutions consistent essentiellement à déménager la station de taxi, déployer de ressources policières additionnelles lors des heures d’opérations pour faciliter la sortie des clients et autoriser la circulation locale seulement à rouler devant le New City Gas le temps du chantier. Le déplacement de la sortie du bar sur la rue Wellington n’est toutefois pas envisagé.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!