La signature d’un accord de développement des terrains du CN dans Pointe-Saint-Charles, accord qui devrait inclure la cession du bâtiment 7 à la communauté, tarde à intervenir entre la Ville de Montréal et le propriétaire. La Table de concertation communautaire Action-Gardien et le Collectif 7 à nous s’impatientent. Pour mettre de la pression, ils organisent un rassemblement ce 18 juin, à 17h30, à la Place Vauquelin situé à côté de l’hôtel de ville, rue Notre-Dame.

C’est un ultimatum qu’ils lancent à la Ville afin que l’accord soit adopté «au plus tard en septembre 2012».

«Cela fait exactement un an que cet accord aurait dû être signé à la Ville de Montréal, après plus de trois années de négociations entre les acteurs impliqués, deux consultations publiques de l’Office de consultation publique de Montréal et huit années de propositions et revendications populaires», font valoir les organismes.

«Ces mobilisations ont permis des gains importants pour le quartier sur ces immenses terrains», souligne la coordonnatrice d’Action-Gardien, Karine Triollet. «Il est plus que temps que le projet se concrétise. Pourtant, tout est bloqué à l’hôtel de ville. Que se passe-t-il?», questionne-t-elle.

Les groupes communautaires soutiennent que «les conséquences du report du projet de redéveloppement des terrains sont tangibles pour la population de Pointe-Saint-Charles».

«Tous les projets portés pas les acteurs locaux sont actuellement bloqués, qu’il s’agisse des 25% de logements sociaux inclus dans le projet ou des nombreux projets du Bâtiment 7», souligne-t-on. «L’état du Bâtiment 7 se dégrade à vue d’œil. On a du financement pour le sécuriser et faire les études nécessaires et pourtant, l’accès nous est refusé. Une communauté au complet est prête à mettre en branle une multitude de projets structurants, mais malheureusement, elle semble être victime de l’immobilisme du Conseil de Ville», s’indigne Judith Cayer, chargée de projets au Collectif 7 à nous.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus