Collaboration spéciale La STM affirme cependant n’avoir aucune certitude au sujet de la cause de l’incendie, «étant donné l’état des composantes du bus».

Un écrou de la borne de l’alternateur qui se serait desserré aurait provoqué l’incendie qui a ravagé le 23 avril un autobus de la Société de transport de Montréal sur l’autoroute 720 Est.

La STM a rendu public, le 12 mai, les résultats de l’enquête qu’elle a menée avec Transports Canada, le manufacturier de l’autobus Nova Bus et un expert indépendant pour déterminer la cause de l’incendie.

Selon l’enquête, le feu a été causé par un écrou de la borne de l’alternateur qui se serait desserré. «Conséquence de ce desserrement, la borne de l’alternateur aurait chauffé, ce qui aurait détruit l’isolant. L’huile de l’alternateur, sous pression, se serait ensuite écoulée et un court-circuit aurait produit une étincelle qui aurait déclenché l’incendie», explique la STM.

Rappelons que l’autobus de la ligne 485 roulait sur l’autoroute 720 Est en milieu d’après-midi quand un feu a pris naissance à l’arrière alors qu’il se trouvait près de la sortie Atwater.

Une vingtaine de passagers étaient à bord du véhicule, mais personne n’a été blessé. Le panache de fumée était visible à des kilomètres. L’incendie avait provoqué un bouchon monstre. Les automobilistes avaient eu droit à une heure de pointe pénible.

La STM a entrepris la vérification de la borne de l’alternateur de ses 1720 bus.

Elle a par ailleurs souligné qu’il n’y avait pas de lien entre l’incendie sur Turcot et le rappel, l’été dernier, d’autobus Nova Bus, dont on craignait qu’une pièce puisse provoquer un incendie.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!