Archives TC Media Le parc Jarry fait partie des sites qui vont accueillir de nouveaux arbres dans les prochains jours.

L’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension se félicite de la plantation de plus de 1000 arbres cette année. Dans le même temps, de nombreux frênes ont néanmoins été abattus à cause de l’agrile.

Le premier objectif de ce programme de plantation d’arbres de l’arrondissement est d’ailleurs de compenser l’abattage de frênes sur les domaines public et privé.

En raison des blessures provoquées par l’agrile, 358 frênes seront coupés dans Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension dans les prochains mois. Interrogé par TC Media, un représentant du service des communications de l’arrondissement a pourtant précisé que la plupart de ces arbres avaient préalablement été traités au TreeAzin sans succès. La période d’abattage a démarré à la mi-septembre et se poursuivra jusqu’au 15 avril 2018.

Sylvain Ouellet, conseiller du district François-Perrault pour Projet Montréal, déplore un manque d’anticipation dans ce dossier.

«Il y a trois ans, j’avais décrié le fait qu’on ne prenait pas en considération la menace de l’agrile. On aurait dû faire un traitement préventif. On replante des arbres qui ne sont pas matures et il va falloir une génération pour retrouver la canopée qu’on avait», estime M. Ouellet.

1000 arbres en 2017
Du côté de l’arrondissement, on met pourtant en avant cette amélioration de l’indice de canopée, qui fait aussi partie des engagements de la Ville.

«On en plante toujours plus qu’on en abat pour participer au programme de la Ville de Montréal qui vise à faire passer la canopée de 20 à 25% d’ici 2025», indique le service des communications de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension.

Anie Samson, le maire d’arrondissement, a également souligné cet engagement dans un communiqué.
Ainsi, au cours des prochains jours, plus de 300 arbres seront plantés dans les rues et parcs des différents quartiers, ce qui va permettre de dépasser le seuil des 1000 arbres publics ajoutés cette année sur le territoire de l’arrondissement. Une vingtaine de rues et une vingtaine de saillies de trottoir seront ainsi verdies, de même que les parcs Jarry et Saint-Roch.

Afin de favoriser la biodiversité, plusieurs essences d’arbres ont été sélectionnées telles que des érables, des ormes, des chênes, des ginkgos, des lilas, des tilleuls et des féviers.

«On est très forts pour la quantité, mais on ferait mieux de viser la qualité. […] On devrait viser que chaque rue puisse avoir une quantité suffisante, même si cela coûte plus cher. Les citoyens les plus pauvres doivent avoir une couverture végétale, comme les plus aisés», regrette toutefois Sylvain Ouellet.

Effort citoyen
Par ailleurs, en plus de ces plantations publiques, il est encore possible jusqu’au 27 septembre de se procurer un arbre privé à partir de 25$ (35$ pour un arbre fruitier) grâce à la campagne Un arbre pour mon quartier portée par le Regroupement des écoquartiers et la Société de verdissement du Montréal métropolitain.

«J’encourage également nos citoyens à joindre nos efforts en plantant cet automne un arbre sur leur terrain», souligne Anie Samson.

Le verdissement des zones urbaines permet de réduire les îlots de chaleur urbains, de purifier l’air, d’améliorer la gestion des eaux de ruissellement et d’embellir le paysage.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!