Photo Deposit Le CAPE de Parc-Extension et l’Association des locataires de Villeray attendent des engagements politiques sur les questions de logement dans l’arrondissement.

Dans le cadre de la campagne municipale, deux organismes de Villeray et Parc-Extension veulent alerter les candidats sur les problématiques liées au manque de logements sociaux et à l’insalubrité.

Les représentants du Comité d’action de Parc-Extension (CAPE) et de l’Association des locataires de Villeray ont notamment prévu de poser des questions à ce sujet lors des deux débats électoraux prévus au centre William Hingston le 21 octobre et au théâtre Aux Écuries le 23 octobre.

Pour ce qui concerne Parc-Extension, le CAPE déplore en premier lieu le retard pris dans le cadre du Plan de développement urbain, économique et social (PDUES) lié au développement du site du campus Outremont pour la construction de logements sociaux. Ce document adopté en 2013 indique qu’au moins 225 logements sociaux et communautaires devaient être construits avant septembre 2017 dans les quartiers avoisinants pour respecter l’esprit de la stratégie d’inclusion. Seuls 54 de ces logements ont vu le jour dans une coopérative d’habitation sur la rue de Castelnau Est.

«On se demande si la Ville de Montréal n’a pas loupé sa cible. Il en manque 171. On nous avait parlé d’un terrain avec 120 logements dans Parc-Ex et ça ne s’est toujours pas concrétisé», regrette André Trépanier, l’un des responsables du CAPE.

Interrogé à ce sujet, Russell Copeman, l’élu en charge de l’habitation au comité exécutif de la Ville, promet que la construction de logements sociaux va connaître une croissance lors du prochain mandat. L’administration municipale a négocié une entente pour récupérer des compétences de la Société d’habitation du Québec pour adapter le programme d’aide AccèsLogis aux besoins montréalais.

«Les unités sont réservées, les projets tardent, car le programme ne marchait pas, mais je suis confiant qu’avec le nouveau AccèsLogis, les projets vont se réaliser à un rythme beaucoup plus rapide», assure M. Copeman.

Le besoin est important dans ce quartier où 43,3% des locataires consacrent plus de 30% de leur revenu à leur loyer. Par ailleurs, selon un état des lieux réalisé en octobre 2017, 834 ménages de Parc-Extension sont sur les listes d’attentes de l’Office municipal d’habitation.

Inquiétudes liées à l’insalubrité
Au mois de juillet 2017, le district Parc-Extension a fait la une de plusieurs médias lors d’un cri d’alerte lancé par le CAPE au sujet d’un immeuble du boulevard l’Acadie où les moisissures se multiplient et des rats ont été observés.

Des inspecteurs ont été mobilisés pour un «blitz» d’inspections dans ce cas précis par l’arrondissement, mais André Trépanier assure qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé et réclame un plan d’ensemble.

«C’est notre routine. Les mots que j’écris le plus sont coquerelles, moisissures et punaises. Le problème est loin d’être réglé», déclare le représentant du CAPE.

Ce problème se pose à l’échelle de l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension puisqu’un rapport du Directeur de la santé publique de Montréal datant de septembre 2015 le plaçait parmi les secteurs de l’agglomération les plus concernés par les problèmes de punaises de lit et par les moisissures.

Le maire de l’arrondissement Anie Samson se dit ouverte à la discussion avec les organismes sur cette problématique et rappelle que l’arrondissement à cinq agents chargés de l’inspection, dont deux dédiés à Parc-Extension.

«Mon administration s’est toujours occupée de ses locataires et nous avons l’intention de continuer à le faire. Notre priorité est d’assurer des conditions de logement adéquates pour nos citoyens», précise Mme Samson.

Du côté de Projet Montréal, le parti assure que la salubrité est un enjeu essentiel de la campagne dans l’arrondissement. Une annonce est d’ailleurs prévue dans le courant de la semaine prochaine à ce sujet.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!