Archives TC Media Le projet de loi 998 propose notamment de faciliter la reconnaissance des acquis et des diplômes des immigrants.

La députée péquiste Carole Poirier a déposé un projet de loi qui contient plusieurs mesures de lutte contre la discrimination et le racisme sur le marché de l’emploi. Des accompagnements sont réclamés par plusieurs organismes.

«Cela touche plein de monde et ces mesures vont faire en sorte qu’on va inverser [la tendance pour] le taux de chômage dans cette catégorie qui est délaissée», affirme Carole Poirier, députée provinciale de Hochelaga-Maisonneuve.

Le projet de loi 998 a été déposé le jeudi 2 novembre par l’élue du Parti québécois (PQ) avec pour objectif de faciliter l’entrée en emploi des personnes immigrantes, mais aussi de tous ceux qui font partie de minorités visibles confrontées à des discriminations. Dans le communiqué d’annonce de ce projet de loi, la formation politique juge qu’«après 15 ans d’inaction libérale, le temps d’agir concrètement est venu.»

«Ils [les membres du Parti libéral du Québec] font des consultations depuis 2003 qui ne donnent rien. Le problème de l’intégration au marché de l’emploi est un problème grave et il faut envoyer un signal clair.»
Carole Poirier, députée de Hochelaga-Maisonneuve.

Ainsi, le PQ présente trois mesures principales qui sont la sensibilisation sur la discrimination à l’embauche, l’intégration et la francisation, et la lutte contre l’analphabétisme. Un comité de suivi permanent serait aussi mis en place pour s’assurer du suivi, des propositions et des études éventuelles menées sur ces questions.

Plusieurs autres idées secondaires sont proposées dans ce projet de loi, comme développer un projet-pilote de CV anonyme, interdire l’exigence d’une première expérience de travail canadienne, mieux informer sur la reconnaissance des diplômes et des acquis et améliorer la représentation des personnes issues de la diversité dans les instances dirigeantes des sociétés d’État.

Constatant que 75% des travailleurs qualifiés immigrants s’installent à Montréal, Carole Poirier souhaite aussi inciter ces nouveaux arrivants à se rendre dans des régions du Québec où leurs compétences sont recherchées.
«Peut-être que l’expérience québécoise va mieux partir. Ce n’est pas dit que ces personnes ne bougeront pas, mais au moins elles commenceront avec un travail», fait valoir la députée.

À terme, le parti politique souhaite aussi que 100% des personnes qui entrent dans la province arrivent avec une connaissance au moins partielle du français.

Des besoins importants
Selon les organismes d’aide à l’emploi contactés par TC Media, les blocages sont nombreux pour les nouveaux arrivants au moment d’entrer sur le marché de l’emploi. Installé dans Parc-Ex, le Carrefour de Liaison et d’Aide multiethnique (CLAM), qui accompagne des travailleurs immigrants de toute l’île de Montréal, estime que la reconnaissance des diplômes et de l’expérience est le principal écueil.

«Malgré certaines mesures du gouvernement, il y a encore une réticence chez les employeurs. Cela touche tous les immigrants, il y a des obstacles que les gens de souche ne rencontrent pas. Je ne parle pas de discrimination, mais de méfiance, ce qui est dommage», pense Abdoul Barry, conseiller en emploi au sein du CLAM.

M. Barry prend notamment l’exemple des infirmiers qui doivent passer par un processus qui peut s’étendre jusqu’à deux ans pour faire reconnaître leurs équivalences et intégrer l’ordre professionnel.

«On est d’accord pour qu’il y ait une mise à jour des compétences, mais un ou deux ans d’attente, c’est lourd. Certains se découragent et de nombreux infirmiers deviennent préposés aux bénéficiaires», illustre le conseiller du CLAM.

Si Carole Poirier reconnaît que le projet de loi 998 est «ambitieux», elle espère au moins convaincre le gouvernement actuel de retenir certaines mesures présentées. Le PQ entend aussi utiliser ce document pour alimenter sa plateforme en vue des élections provinciales de 2018.

Invité à réagir sur ces propositions, le PLQ n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!