Marie-Pier Gagné / TC Media Le parc Nicolas-Tillemont fera l’objet de travaux majeurs.

Mise à niveau du chalet, réfection de la pataugeoire et remise à neuf des aires de jeux, l’arrondissement de Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension a récemment octroyé près de 270 000$ à une firme d’architectes pour procéder à une reconfiguration presque complète du parc Nicolas-Tillemont, situé dans l’est de Villeray. Au final, on estime que le coût des travaux avoisinera les 2 M$.

Avec une superficie de 24 354 m², le parc Nicolas-Tillemont est l’un des seuls parcs d’importance dans Villeray-Est. Il se distingue pour sa vocation plutôt familiale et intergénérationnelle.

«On y trouve trois allées de bocce couvertes, des plaines gazonnées favorisant les rassemblements spontanés, des zones d’aires de jeu, une pataugeoire, un chalet de parc, une patinoire l’hiver, un terrain de sport informel et plusieurs équipements de mobilier urbain» peut-on lire dans un document rendu public par l’arrondissement.

L’un des problèmes principaux du parc est son chalet construit en 1962, devenu désuet. Bien que le bâtiment ait fait l’objet d’une rénovation majeure en 1995, les espaces intérieurs ne répondent plus aux besoins de ses utilisateurs.

«Mis à part la réfection de la toiture en 2013, aucun investissement n’a été affecté à ce bâtiment au cours des dix dernières années», mentionne-t-on.

D’importants travaux de mise à niveau seront donc effectués afin d’assurer la protection et la pérennité du bâtiment et de rendre les installations plus fonctionnelles et sécuritaires pour les occupants.

D’ailleurs, le rapport de l’audit des immeubles de la Ville de Montréal indique un indice de vétusté de 60% pour ce bâtiment.

Réfection de la pataugeoire
Des travaux seront également effectués à la pataugeoire, qui, elle aussi, n’a subi aucun travaux importants depuis sa construction, en 1962.

Selon ce qu’il est possible de lire dans le document émis par l’arrondissement, «le béton du bassin démontre des signes d’usure importants, tels que d’importantes fissures ainsi que de la délamination de certaines sections du bassin en béton.»

Cette dégradation des matériaux rendrait l’installation à risque pour les problèmes d’exfiltration et augmente les risques de blessures.

Afin d’être conforme aux nouvelles normes sur la qualité des eaux de baignade, un système de filtration et de désinfection de l’eau sera donc ajouté. La pataugeoire actuelle sera remplacée par une pataugeoire à accès universel. Des structures de jeux d’eau alimentées à même le retour filtré de la pataugeoire seront aussi ajoutées et un aménagement paysager sera créé au pourtour de l’installation de baignade afin de contribuer à la privauté des riverains ainsi qu’à la réduction des îlots de chaleur urbains. Une clôture ornementale devra ceinturer l’enceinte de la pataugeoire afin de respecter les exigences en termes de sécurité des lieux.

La pataugeoire Nicolas-Tillemont est la troisième en importance pour la fréquentation dans l’arrondissement, avec un achalandage annuel moyen de
5 772 utilisateurs.

Reconfiguration
Le parc Nicolas-Tillemont a été aménagé il y a plusieurs années de façon à répondre aux besoins des utilisateurs. Toutefois, le traitement esthétique, les matériaux et les équipements utilisés à l’époque sont défraîchis et désuets.

Selon l’arrondissement, le terrain de sport n’est pas utilisé à son maximum et ne fait pas partie des besoins du secteur.

«Cette zone pourrait être utilisée meilleur escient. La reconfiguration des sentiers, et par le fait même de leur éclairage, l’intégration d’une zone d’entraînement libre qui serait plus d’actualité ainsi que d’une zone BBQ font partie des besoins identifiés pour le présent projet», souligne-t-on.

Parmi les lacunes actuelles du parc, il y a aussi les aires de jeu qui sont morcelées et situées à distance beaucoup trop grande pour permettre à un parent de surveiller des enfants qui joueraient dans chacune d’elles. Les clôtures autour de l’aire des 2 à 5 ans doivent aussi être remises à neuf.

Échéancier
La firme d’architectes Labonté Marcil prendra les travaux en main. D’ici le mois d’août, la production des plans et devis devrait être terminée. Les appels d’offres pour les travaux et l’octroi du contrat de construction devraient être faits en septembre et en octobre prochain.

Si tout se déroule comme prévu, le chantier prendra place en octobre 2018 et s’étendra jusqu’en octobre de l’année suivante.

Selon l’échéancier actuel, le nouveau parc devrait être livré en novembre 2019.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!