AP Les manifestations contre l'élection de Donald Trump se multiplient aux États-Unis.

OAKLAND, Calif. — Des manifestants descendent dans les rues partout aux États-Unis depuis mardi soir pour exprimer leur mécontentement face aux résultats de l’élection présidentielle.

À Oakland, en Californie, la manifestation lancée peu avant minuit a dégénéré, menant au vandalisme de cinq commerces. Certains des quelque 250 protestataires ont réalisé des graffiti et fracassé des fenêtres, dont celles du quotidien local «The Oakland Tribune».

Tôt mercredi, une manifestante a été happée par un véhicule sur l’autoroute où se poursuivait la marche. Elle aurait subi de graves blessures.

Simultanément, en Californie, 1500 élèves du secondaire de la ville de Berkeley ont quitté leurs classes pour se rassembler dans la cour d’école, tandis que plus de 500 personnes ont défilé autour du campus de l’Université de Californie à Los Angeles.

Du côté de l’Oregon, des manifestations ont perturbé la circulation automobile dans le centre-ville de Portland, provoquant aussi un ralentissement sur deux lignes ferroviaires.

Près de 300 personnes se sont rassemblées dans leur indignation face à l’arrivée de Donald Trump aux portes de la Maison-Blanche. Les protestataires ont brûlé des drapeaux américains et scandé «Ce n’est pas mon président!».

La plupart des manifestations ailleurs aux États-Unis, notamment dans la ville de Seattle, se sont déroulées de manière pacifique.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus