Capture d'écran YouTube

Alors que le gouvernement japonais s’apprête à lever, d’ici la fin mars, les avis d’évacuation visant plusieurs municipalités touchées par l’accident nucléaire de Fukushima, les anciens résidants devront déloger de nouveaux locataires avant de regagner leur domicile.

L’agence Reuters a rapporté jeudi que des centaines de sangliers sauvages étaient descendus des montagnes afin d’occuper les municipalités abandonnées en 2011.

«Ce n’est pas clair qui contrôle la ville: les humains ou les sangliers sauvages?» a dit à l’agence de presse le maire de Niame, Tamotsu Baba. Une partie de la municipalité a été débarrassée de ces animaux réputés très agressifs en prévision du retour de ses quelque 20 000 habitants.

Dans la ville de Tomioka, une unité de 13 chasseurs a tué pas moins de 300 sangliers depuis avril, a indiqué Reuters.

«Ils ont trouvé un endroit confortable, où il y a beaucoup de nourriture et personne pour les embêter, a affirmé à l’agence de presse le chasseur Shoichiro Sakamoto. Ils ne vont pas s’en aller d’eux-mêmes.»

L’accident à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi a eu lieu de le 11 mars 2011, à la suite du séisme et du tsunami qui avaient ravagé le nord-est du Japon. Après être entrés en fusion, trois des réacteurs de la centrale avaient explosé, rejetant dans l’environnement de grandes quantités de radiations.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!