The Associated Press Au moins 314 personnes ont perdu la vie dans le glissement de terrain.

BOGOTA — Les secouristes colombiens ont officiellement abandonné vendredi la recherche de survivants dans la petite ville méridionale de Mocoa où une gigantesque coulée de boue a tué au moins 314 personnes, 106 personnes manquent toujours à l’appel.

Les secouristes concentreront maintenant leurs efforts dans l’excavation de routes et de bâtiments, et dans la distribution d’aide, tout en essayant d’éviter que des épidémies se propagent dans la ville, alors que les citoyens sont toujours sans eau courante et sans électricité, une semaine après la catastrophe.

«Il serait très difficile de survivre sous une telle quantité de boue et de roches» a déclaré Manuel Infante, qui dirige les pompiers volontaires de la ville de Cali.

«Je dirais que les disparus sont morts», at-il ajouté.

Le ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas, a déclaré «que ça prendra une génération» pour restaurer complètement la ville.

Il a aussi dit que les personnes disparues pouvaient être dans des hôpitaux d’autres villes, ou alors perdu sans moyen de communication, ou tout simplement mort sous la boue et les décombres.

La catastrophe naturelle, déclenchée par de fortes pluies, est survenue samedi 1er avril.

La localité est située entre deux montagnes et au centre de deux rivières.

L’eau boueuse et les débris ont rapidement envahi les rues, renversant des maisons, déracinant des arbres, et emportant des voitures. Alors que la plupart des résidants sommeillaient, nombre d’entre eux n’ont pas eu le temps d’aller se réfugier sur le toit de leur maison ou de se mettre à l’abri.

Carlos Ivan Marquez, directeur général de l’agence nationale anti-catastrophe, a déclaré que les secouristes vont maintenant déployer de l’équipement lourd.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!