The Associated Press Julian Assange

Des médias américains ont rapporté jeudi soir que des procureurs considèrent sérieusement de porter des accusations contre WikiLeaks ainsi que son fondateur, Julian Assange, pour avoir révélé des secrets gouvernementaux.

Les autorités des États-Unis s’apprêteraient même à demander l’arrestation de Julian Assange, selon CNN.

Les procureurs pourraient mettre en accusation des membres de l’organisation, chose que le département de la Justice s’était toujours refusé à faire sous la présidence de Barack Obama, a indiqué le Washington Post.

Le quotidien américain a rapporté que les chefs d’accusation incluraient ceux de conspiration, vol de propriété du gouvernement et de violation de la loi sur l’espionnage.

WikiLeaks a diffusé le mois dernier des documents révélant des renseignements confidentiels au sujet des outils de cyberespionnage utilisés par la CIA afin de cibler les ordinateurs, les appareils mobiles et les téléviseurs connectés. Le site a publié par le passé 250 000 câbles diplomatiques du département d’État et avait embarrassé l’armée avec des rapports au sujet des guerres en Irak et en Afghanistan.

Les avocats de Julian Assange ont fait savoir que les autorités ne les avaient pas mis au courant de leur enquête.

Julian Assange, un Australien, réside depuis quatre ans à l’ambassade de l’Équateur à Londres. Il a reçu l’asile politique pour éviter d’être extradé vers la Suède, où il est recherché pour des allégations d’agression sexuelle. Lenin Moreno, nouveau président équatorien élu en février, a promis de continuer à abriter Assange.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus