La police fédérale australienne a démantelé jeudi un réseau qui aurait fraudé pour plus de 165 M$ à l’État. Un fonctionnaire serait également impliqué dans cette affaire criminelle d’une ampleur «sans précédent».

Des perquisitions effectuées depuis deux jours dans la région de New South Wales ont mené à des saisies d’une valeur de 15 M$. Parmi les biens sur lesquels les policiers ont mis la main : des voitures de collection, des maisons, des montres de luxe, deux avions, d’importantes sommes d’argent comptant, des vins rares, des œuvres d’art… Des perquisitions étaient encore en cours jeudi matin en Australie.

Jusqu’à maintenant, la vaste opération policière a également conduit à neuf arrestations. Parmi les prévenus, on compte le fils d’un fonctionnaire. Le sous-commissaire au Bureau australien de la taxation, Michael Cranston, sera notamment accusé d’abus d’une charge publique. Il aurait involontairement participé à la fraude en fournissant des renseignements confidentiels à son fils, Adam.

«Nous croyons qu’il a abusé de sa position de fonctionnaire [et] qu’il a accédé pour son fils à de l’information sur les systèmes du Bureau», a fait savoir une porte-parole de la police fédérale au quotidien The Australian, Leanne Close, précisant que M. Cranston n’avait probablement «pas connaissance de la conspiration».

«L’ampleur de cette fraude est sans précédent», a-t-elle également commenté dans un communiqué.

Les conspirateurs avaient mis au point un stratagème afin de frauder l’État en opérant une compagnie de service de paie, par laquelle ils acheminaient de l’argent vers des compagnies secondaires dont ils détenaient le contrôle.

L’enquête qui a permis de déjouer le réseau a duré huit mois et mobilisé 290 policiers.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!