Hadi Mizban Hadi Mizban / The Associated Press

ERBIL, Irak — Jalal Talabani, le chef des combattants kurdes qui est devenu le président de l’Irak à la suite du renversement de Saddam Hussein par les États-Unis, et qui a incarné les espoirs d’un pays unifié et pacifique malgré des années de conflit, est mort à l’âge de 83 ans, ont annoncé des responsables kurdes, mardi.

M. Talabani était considéré comme un homme d’État unificateur qui pouvait apaiser les tensions entre les chiites, les sunnites et les Kurdes irakiens. Mais elles se sont accrues depuis qu’il a été hospitalisé il y a près de cinq ans. Le pays a combattu les extrémistes sunnites de Daech (le groupe armé État islamique) et a fait face aux demandes croissantes d’indépendance des Kurdes.

Jalal Talabani a subi un accident vasculaire cérébral en 2012 et a été transféré dans un hôpital allemand durant la même année pour un traitement. Il est mort mardi à la suite d’une détérioration rapide de son état de santé, selon Marwan Talabani, un parent et haut fonctionnaire au bureau du fils de M. Talabani.

Sa mort est survenue quelques jours après que les Kurdes d’Irak eurent voté pour l’indépendance de leur région, rejetant la vision d’un pays unifié et multiethnique que M. Talabani avait défendue dans les années chaotiques ayant suivi l’invasion américaine de 2003.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!