MOSCOU — Dans un acte de défiance envers le président Vladimir Poutine qui célébrait samedi son 65e anniversaire, des protestataires se sont rassemblés un peu partout en Russie pour réclamer aux autorités de permettre à l’opposant Alexeï Navalny de se présenter aux élections.

Les policiers ont semblé ne pas vouloir perturber l’anniversaire du président par une répression, puisqu’ils ont permis aux manifestants, pour la plupart adolescents, d’approcher le Kremlin à Moscou.

Une manifestation encore plus grande a pris place à Saint-Pétersbourg, la ville natale du président, où les protestataires, majoritairement des étudiants, ont toutefois été dispersés par les policiers après avoir bloqué la circulation et tenté de déborder des cordons de sécurité.

Pendant ce temps, Alexeï Navalny purgeait sa peine de vingt jours en prison pour avoir lancé l’invitation à une autre manifestation non autorisée.

La retenue démontrée par les forces de l’ordre samedi accusait un fort contraste avec leur réaction lors des autres manifestations convoquées par M. Navalny à Moscou, où plus d’un millier de participants avaient été détenus.

Le militant anticorruption a l’intention de se lancer dans la course à la présidence en mars prochain, mais une condamnation au criminel — qu’il juge politique — l’empêche de poser sa candidature.

Le politicien de 41 ans a organisé plusieurs vagues de protestation cette année, faisant monter la pression sur le Kremlin.

Vladimir Poutine n’a quant à lui pas confirmé qu’il briguerait un autre mandat de six ans, mais sa candidature ne susciterait aucune surprise alors que sa cote d’approbation s’élève à plus de 80 pour cent.

Alexeï Navalny avance que cette cote de popularité «existe dans un vide».

«C’est comme demander à quelqu’un qui a été nourri de rutabaga toute sa vie à quel point il trouve ça comestible et la cote serait très haute. Écoutez, il y a des choses meilleures que le rutabaga», a-t-il raillé.

Au printemps dernier, des dizaines de milliers de manifestants ont répondu à son appel un peu partout en Russie, dans la plus importante vague de contestation depuis 2012.

Samedi, contrairement à ces précédentes manifestations anticorruption, M. Navalny a fait de sa candidature présidentielle la cause du mouvement — ce qui explique selon certains une mobilisation de moindre envergure à Moscou.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!