AP

BILOXI, Miss. — L’ouragan Nate qui a causé des inondations et provoqué des pannes de courant sur les côtes du golfe du Mexique a perdu dimanche de la vigueur, évitant à la région de subir des dégâts aussi importants que le sud des États-Unis ou les Caraïbes, eux aussi touchés par ces phénomènes météorologiques au cours des dernières semaines.

Nate — le premier ouragan a touché terre au Mississippi depuis Katrina en 2005 — a été rétrogradé en tempête tropicale après que ses vents eurent perdu de leur force. Accompagné de fortes pluies, il a progressé en Alabama et en Géorgie.

Nate était classé comme un ouragan de catégorie 1 lorsqu’il a touché terre à Biloxi, dimanche. La veille, il avait frappé le sud-est de la Louisiane.

La montée de la marée a submergé la rue principale du littoral de Biloxi. Une entrée d’un casino et un stationnement intérieur ont été inondés.

Dès l’aube, les eaux se sont retirées. Biloxi n’aura pas autant souffert qu’à l’époque de Katrina qui avait détruit des milliers de résidences et de commerces situés sur le littoral.

Les autorités n’ont rapporté aucune victime.

Selon le directeur des services d’urgence de l’État du Mississippi, Lee Smithson, les autorités ont bien tiré les leçons de Katrina.

«Si cette tempête nous avait frappés il y a 15 ans, les dégâts auraient été plus importants et nous aurions déploré des pertes de vi», a-t-il dit. Après le passage de Katrina (en 2005), nous avons reconstruit la côte de façon plus solide.»

Plus de 100 000 résidants ont été privés d’électricité au Mississippi, en Alabama, en Louisiane et en Floride.

Les casinos du Mississippi situés sur la côte du golfe du Mexique ont pu rouvrir leurs portes au milieu de la matinée.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!