John Locher John Locher / The Associated Press

LAS VEGAS — Des avocats ayant déposé une poursuite relativement aux instants qui ont précédé la tuerie à Las Vegas se demandent pourquoi la police et les agents de sécurité du festival et de l’hôtel n’ont pas agi plus rapidement pour stopper l’homme armé.

Les avocats ont organisé une conférence de presse, mercredi, avec les familles des victimes de la tuerie du 1er octobre ayant fait 58 morts et des centaines de blessés parmi les gens réunis pour assister à un concert extérieur.

Ils veulent savoir pourquoi six minutes se sont écoulées sans une intervention policière entre le moment où l’homme armé Stephen Paddock a tiré 200 balles dans un couloir de l’hôtel Mandalay Bay et celui où il a commencé à tuer des gens dans la foule à l’extérieur par la fenêtre de la chambre.

Les avocats se demandent aussi comment Stephen Paddock a été en mesure d’apporter plus de 20 fusils dans sa chambre d’hôtel sans éveiller les soupçons.

L’avocat Chad Pinkerton a affirmé que les autorités «devraient avoir fait un meilleur travail et c’est ce sur quoi porte cette poursuite».

Un employé de l’entretien a indiqué mercredi à NBC News qu’il avait immédiatement averti les répartiteurs de l’hôtel après avoir entendu des coups de feu.

Stephen Schuck travaillait sur une porte bloquée au 32e étage lorsqu’il a entendu des coups de feu. Il a dit avoir vu le garde de sécurité Jesus Campos sortir d’une alcôve et s’être fait dire de se mettre à l’abri.

Alors qu’il tentait de trouver refuge, des balles ont commencé à fuser dans le couloir, passant juste au-dessus de sa tête. M. Schuck a dit avoir utilisé son transmetteur pour alerter les répartiteurs de l’hôtel qu’une personne tirait avec un fusil dans un couloir.

La police a indiqué lundi que l’homme armé Stephen Paddock avait tiré sur le garde de sécurité environ six minutes avant d’ouvrir le feu sur la foule à l’extérieur. Elle avait initialement affirmé que l’homme avait déjà tiré sur la foule avant d’ouvrir le feu à travers la porte sur le garde de sécurité.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!