Les pompiers qui combattent les incendies qui ravagent la Californie disent voir enfin la lumière au bout du tunnel.

Les vents se sont calmés dimanche. Même si la situation est loin d’être entrée dans l’ordre, la fumée commence à se dissiper à certains endroits.

La superviseuse du comté de Napa, Belia Ramos, a déclaré que le cauchemar avait commencé il y a une semaine et que «le jour auquel nous rêvions est enfin arrivé».

Dans certains secteurs, les résidants ont pu regagner leur domicile. Le nombre de personnes faisant l’objet d’un ordre d’évacuation a baissé à 75 000 personnes, environ 25 000 de moins que la veille.

Les pompiers ont pu gagner du terrain contre les flammes parce que les vents sont demeurés calmes pendant toute la nuit, contrairement à ce que craignaient les autorités.

Selon un porte-parole du ministère des Forêts et de la Protection contre les incendies de la Californie, Daniel Berlant, les conditions ont changé de manière draconienne au cours des 24 dernières heures, ce qui est un bon signe.

Il a rapporté que certains des incendies étaient contrôlés à au moins 50 pour cent.

«C’est probablement un signe que nous commençons à nous en sortir», a-t-il ajouté.

Les incendies auraient causé la mort d’au moins 40 personnes et détruit quelque 5700 maisons et autres immeubles. Le bilan pourrait s’aggraver alors que les secouristes commenceront à fouiller les décombres. Plusieurs centaines de personnes manquent à l’appel, mais les autorités disent croire que la majorité d’entre elles sont en sécurité et ne l’ont pas fait savoir.

Dans le seul comté de Sonoma, très touché par les flammes, le shérif Rob Giordano a dit que les autorités avaient localisé 1560 des plus de 1700 disparus. Plusieurs de ces noms avaient été ajoutés à la liste des personnes manquantes parce qu’un de leur proche n’avait pas été capable de les contacter.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!