Aung Shine Oo Aung Shine Oo / The Associated Press

LONDRES — Le chanteur rock irlandais Bob Geldof rendra le prix Freedom qui lui a été décerné par la ville de Dublin parce qu’il a également été décerné à la dirigeante du Myanmar, Aung San Suu Kyi, qu’il accuse de complicité pour ce que lui et d’autres, y compris les Nations Unies, qualifient de «nettoyage ethnique» des musulmans rohingyas dans le pays asiatique.

Le fondateur du concert Live Aid affirme que Mme Suu Kyi est une «servante du génocide» dont l’association avec la capitale irlandaise «nous fait tous honte».

Aung San Suu Kyi est lauréate du prix Nobel de la paix pour avoir dirigé le mouvement pro-démocratie au Myanmar, mais elle a été largement dénoncée en tant que chef d’État de son pays en raison des violences qui ont fait fuir des centaines de milliers de Rohingyas.

Dans une déclaration, Bob Geldof indique qu’il rendra son prix à l’hôtel de ville lundi matin. Il estime être un «fier Dublinois» et ne veut pas être détenteur de la distinction alors que Mme Suu Kyi la possède aussi.

Il explique que «son association avec notre ville nous fait tous honte et nous ne devrions pas collaborer avec elle, même par défaut.»

Le Myanmar est un pays à majorité bouddhiste qui ne reconnaît pas les Rohingyas en tant que groupe ethnique, prétendant qu’ils sont des migrants du Bangladesh voisin résidant illégalement dans le pays. Il leur refuse la citoyenneté, les laissant sans statut juridique.

Les dernières violences ont débuté par une série d’attentats par les insurgés rohingyas le 25 août, suivis par des attaques des forces de sécurité du Myanmar contre des villages rohingyas que les États-Unis et les groupes de défense des droits de l’homme ont dénoncé être une campagne de nettoyage ethnique.

Aung San Suu Kyi s’est vue attribuer le prix Freedom décerné par la ville de Dublin en 1999 pour son travail en faveur de la démocratie au Myanmar, mais elle ne l’a officiellement reçu que lors d’une visite en 2012, où elle a également été honorée à l’occasion d’un concert organisé par Amnistie internationale.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!