SARPOL-E-ZAHAB, Iran — Les opérations de secours organisées après le séisme qui a dévasté une région frontalière entre l’Iran et l’Irak dimanche soir, faisant plus de 530 morts, semblent plongées dans le chaos.

Des résidants de la ville kurde de Sarpol-e-Zahab ont raconté à l’Associated Press n’avoir encore reçu aucune aide pour déplacer les débris, de manière à pouvoir récupérer certains biens essentiels dans les décombres de leurs maisons effondrées.

Plus de 30 000 maisons auraient été endommagées par la secousse, dont 15 500 qui auraient été détruites, et 12 000 tentes auraient été distribuées, mais plusieurs familles qui dorment à la belle étoile depuis la catastrophe ont été contraintes de se confectionner des abris avec de la paille trouvée sur des fermes voisines.

D’autres familles qui n’ont pas été touchées par le tremblement de terre se sont quand même rendues dans les centres de distribution, où elles ont reçu une partie de l’aide destinée aux sinistrés, a dénoncé le ministre de l’Intérieur Abdolreza Rahmani Fazli. Il a ensuite ajouté que certaines livraisons d’aide ont été «bloquées» par les problèmes de sécurité.

Un représentant du Croissant-Rouge iranien a confirmé qu’il y a suffisamment d’aide pour tout le monde, mais qu’il y a des «problèmes de distribution… de sûreté et de sécurité».

Le chef adjoint de la police iranienne, le général Eskandar Momeni, a visité la région et promis que ses hommes garantiront «la sécurité pour la distribution de l’aide».

Pour sa part, le ministre adjoint de la Santé a mis en garde contre des épidémies de maladies hydriques et prévenu que la région a besoin d’antibiotiques.

Le séisme de magnitude 7,3 a fait au moins 530 morts et quelque 10 000 blessés.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!