Markus Schreiber Markus Schreiber / The Associated Press

BERLIN — Le président allemand a réuni jeudi soir la chancelière Angela Merkel et le leader des sociaux-démocrates de centre-gauche, Martin Schulz, dans une tentative de dénouer l’impasse sur la formation d’un nouveau gouvernement.

Le président Frank-Walter Steinmeier a convoqué une réunion des deux chefs après l’échec des pourparlers entre l’Union chrétienne-démocrate d’Allemagne (CDU) de Mme Merkel et deux petits partis, qui auraient pu mener à une coalition gouvernementale inédite.

M. Schulz, Mme Merkel et l’allié bavarois de la chancelière, Horst Seehofer, ont accepté de se rencontrer au palais présidentiel pour explorer la possibilité de former une «coalition élargie» semblable à celle qui constitue le gouvernement sortant.

Le Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD) de M. Schulz avait initialement refusé de considérer une coalition de ce type avec la CDU de Mme Merkel après les résultats désastreux obtenus par son parti aux élections du 24 septembre, estimant que les sociaux-démocrates devaient plutôt siéger dans l’opposition. Mais il a changé d’idée à la demande du président Steinmeier, affirmant que son parti était maintenant prêt à participer à des discussions exploratoires.

Plus tôt cette semaine, Mme Merkel avait affirmé qu’elle espérait discuter avec les sociaux-démocrates «d’une façon sérieuse, engagée et honnête».

M. Schulz a toutefois semblé plus sceptique, indiquant que les pourparlers organisés par M. Steinmeier porteraient sur «si et sous quelle forme» les discussions pourraient se poursuivre, voire «si cela aurait du sens que nous continuions à discuter ensemble».

Il a prévenu que les membres de son parti auraient le dernier mot sur tout éventuel accord avec la CDU.

Si les deux partis s’entendent pour continuer de discuter, les pourparlers seront longs et complexes et il faudra probablement plusieurs mois avant qu’un nouveau gouvernement soit formé.

Dans l’éventualité où Mme Merkel ne parviendrait pas à former une coalition, elle pourrait devoir se résoudre à former un gouvernement minoritaire ou à déclencher de nouvelles élections. Dans l’intervalle, elle continue de diriger le gouvernement de coalition sortant.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!