WASHINGTON — Donald Trump a maintenu vendredi la suspension décrétée par son prédécesseur des sanctions adoptées jadis contre Téhéran, même s’il avait promis de déchirer l’accord sur le nucléaire iranien.

Le président américain a toutefois prévenu vendredi qu’il s’agissait d’une «ultime chance» pour revoir cet accord, conclu en 2015. M. Trump estime que l’accord sur le nucléaire iranien comporte des lacunes importantes qui doivent être corrigées d’ici le printemps, sans quoi les États-Unis vont s’en retirer. Le président a indiqué vendredi que Washington collaborera avec ses partenaires européens pour corriger ces lacunes, par le biais d’un accord de suivi.

Le président Barack Obama avait suspendu les sanctions imposées à Téhéran après la conclusion de l’accord sur le nucléaire iranien.

Selon des responsables qui ont requis l’anonymat, le président Trump a suivi sur cette question les recommandations que lui avaient faites jeudi le secrétaire d’État, Rex Tillerson, le secrétaire à la Défense, James Mattis, et le conseiller à la sécurité nationale, H.R. McMaster. Certains élus républicains sont toutefois en désaccord avec cette position.

La suspension des sanctions maintenue par le président Trump vise surtout la banque centrale iranienne. Le président Obama avait jadis adopté ces sanctions pour mettre l’Iran au ban du système financier international. À la signature de l’accord sur le nucléaire iranien, en 2015, M. Obama avait suspendu ces sanctions contre Téhéran.

M. Trump maintient cette suspension, mais il accentue la pression sur Téhéran pour d’autres gestes jugés répréhensibles par Washington, notamment des violations des droits de la personne. Cet équilibre semble respecter la promesse du président Trump d’accentuer la pression sans déchirer brutalement un accord conclu de haute lutte.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!