NEW YORK — Vérification faite par l’Associated Press, et contrairement à ce que vous pouvez avoir lu ou entendu ailleurs, voici quelques-uns des événements les plus extraordinaires qui ne se sont pas produits cette semaine…

—————

FAUX: Déclaration d’Oprah Winfrey sur le racisme: «Les vieux Blancs doivent mourir.»

EN FAIT: À la suite de son discours dénonçant l’iniquité entre les sexes lors des derniers Golden Globes, plusieurs médias ont mal cité ce qu’avait dit Oprah Winfrey sur le racisme au cours d’une entrevue réalisée à la BBC en 2013. L’animatrice affirmait alors que le problème du racisme n’était pas encore résolu. Parlant de son enfance dans le Sud des États-Unis, elle avait déclaré: «Il y a encore des générations, des gens plus vieux qui sont nés, ont grandi et ont été nourris par les préjugés et le racisme. Il faudra attendre qu’ils meurent.» Elle n’a nommé personne au cours de cette entrevue.

————–

FAUX: La Suède prépare une «guerre civile». Son premier ministre veut envoyer l’armée dans les zones d’exclusion.

EN FAIT: Il n’existe pas, en Suède, des zones d’exclusion où certains civils ne pourraient se déplacer, malgré plusieurs reportages faisant état d’une récente hausse de la violence par les gangs de rue dans les grandes villes. Le premier ministre Stefan Lofven a déclaré cette semaine qu’il n’excluait pas la possibilité de déployer l’armée si cela était nécessaire pour réprimer le désordre provoqué par la criminalité. Il n’a absolument pas parlé d’une interdiction de se déplacer. D’autres reportages ont été publiés au sujet d’un «manuel de guerre» après l’annonce du gouvernement suédois de la réimpression d’une brochure datant de la Guerre froide à la suite de l’intensification des manoeuvres militaires russes dans la région. Cette brochure ne dit rien sur une guerre civile.

————–

FAUX: La police a découvert 19 corps de femmes de race blanche marqués de l’inscription «Black Live Matters» dans des congélateurs.

EN FAIT: Cette fausse nouvelle a connu plusieurs versions au cours des deux dernières années, à Los Angeles et à Chicago. Une version publiée au début de 2016 faisait état d’une dizaine de cadavres au lieu de 19. Citant un lieutenant de la police de Chicago, un certain Kyle Jennings, des médias ont rapporté que les cadavres avaient été découverts dans la cave d’une résidence qui a fait l’objet de plaintes des voisins. Un porte-parole de la police de Chicago, Frank Giancamilli, a déclaré qu’il n’y avait rien de vrai dans cette nouvelle, soulignant que personne au sein de la police de la Ville des Vents ne portait ce nom.

———-

FAUX: Un agent du Service secret américain est accusé d’avoir allumé un incendie et détruit des preuves relativement à un incendie dans la propriété des Clinton.

EN FAIT: Cette fausse nouvelle a été publiée par le site conservateur Patriot Post à la suite des reportages faisant état de la destruction de disques durs lors de l’incendie qui s’est déclaré dans la propriété de Bill et Hillary Clinton, à Chappaqua, dans l’État de New York, le 3 janvier. Personne n’a été accusé relativement à ce léger incendie qui a endommagé un édifice situé à proximité de la résidence du couple. Selon les autorités, le sinistre a été déclenché par un problème électrique.

———-

FAUX: Le prince Harry ne souhaite pas la présence de Donald Trump à son mariage. Il l’a accusé d’être «une sérieuse menace contre les droits de la personne».

EN FAIT: Aucune liste d’invités n’a encore été dévoilée en vue du mariage princier entre Harry et Meghan Markle, lequel doit être célébré le 19 mai au château de Windsor. Le prince n’a fait aucune déclaration publique sur le bilan du président américain sur les droits de la personne. Cette nouvelle a circulé de nouveau cette semaine sur certains sites internet. Elle avait été publiée une première fois après l’annonce des fiançailles du couple, en novembre. L’Associated Press avait déjà démenti une fausse nouvelle faisant état du refus de la reine Elizabeth II d’inviter l’ancien président Barack Obama et sa femme Michelle au mariage.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!