THE ASSOCIATED PRESS Michelle Obama, en novembre dernier à Chicago. Les photographes de presse n'étaient pas autorisés lundi soir à Montréal.

Huit mois après son mari et ancien président américain Barack Obama, l’ex-première dame des États-Unis Michelle Obama était de passage, lundi soir, au Palais des congrès de Montréal, où elle a livré un message inspirant sur des sujets qui lui tiennent à cœur.

Pendant une petite heure, Mme Obama s’est entretenue avec Sévrine Labelle, PDG de Femmessor Québec, en abordant ses thèmes fétiches: les femmes et l’éducation.

Répondant à une question au sujet de l’héritage que ses filles pensent qu’elle a laissé à la Maison-Blanche, elle a lancé avec humour que, «comme tous les enfants, elles s’en moquaient. On avait beau être la première dame et le président, on était quand même les plus stupides du monde», a-t-elle dit devant un public conquis d’avance. Sur un ton plus sérieux, elle a concédé qu’aujourd’hui, peut-être, ses filles diraient qu’elle leur a appris «à être résilientes». «Il est important que nos jeunes filles abordent le monde en étant confiantes et fortes pour avoir le courage d’affronter l’adversité comme le racisme ou le harcèlement», a lancé Mme Obama.

Rappelant un peu plus tard que «les femmes sont sous-estimées dans le monde et qu’elles sont en danger», elle a invité les femmes à être solidaires pour changer les choses. «Celles qui ont le pouvoir de parler doivent parler pour toutes celles qui ne sont pas en position de le faire», a martelé la femme de 54 ans.

Et puisque les lois et les cadres législatifs sont trop lents à être mis en œuvre pour faire avancer l’égalité hommes-femmes, Michelle Obama s’est adressée directement aux hommes dans l’audience. «Je dis cela à tous les pères, frères et maris dans cette salle : si vous ne donnez pas d’espace aux femmes dans vos bureaux, pensez à ce que ça fait aux filles que vous pensez aimer. Ce sont des messages subliminaux que nous, les femmes, avons chaque jour», a-t-elle clamé. L’ancienne première dame a rappelé l’urgence de laisser la place aux femmes à des postes de direction. «Il y a des hommes qui dirigent des entreprises, qui déterminent qui ils embauchent, qui a une promotion. Il y a des hommes dans cette salle qui sont responsables de ces décisions dans leurs entreprises, leurs organisations, a-t-elle déclaré. Le pouvoir existe ici dans cette salle pour réaliser les changements de demain.»

L’importance de l’éducation
Abordant un autre sujet qui lui est cher, Michelle Obama a souligné l’importance de l’éducation chez les jeunes, dont plus de 2 000 étaient présents dans la salle. «Prenez l’école au sérieux. Écoutez vos parents, s’il vous plaît, a-t-elle dit en rappelant que l’éducation est le socle de tout ce qu’elle a pu réaliser. Tout ce que j’ai accompli n’aurait pas été possible sans mon éducation.» Elle a dit qu’il est important que les jeunes croient qu’ils méritent les choses qu’ils désirent. «Travaillez fort, ne pensez pas que c’est facile, il faut y mettre de l’effort», a-t-elle martelé tout en les encourageant à entreprendre.

Pour l’ancienne première dame des États-Unis, l’éducation pourrait résoudre de nombreux problèmes de société, dont le racisme. «Un des défis les plus importants dans le monde, c’est que la couleur de votre peau fait la différence dans tout ce que vous entreprenez […] Mais si on s’éduque, on a plus d’informations […] et ainsi on n’a plus peur des autres à cause de leur race», a précisé Mme Obama.

«Je suis Noire, alors je ne voudrais pas retourner dans le passé.» – Michelle Obama, ex-première dame des États-Unis, répondant à la question «Si vous disposiez d’une machine à voyager dans le temps, quelle époque choisiriez-vous?»

Comme chaque fois qu’elle accorde une entrevue, elle a dû répondre à la question que tous se posent : sera-t-elle candidate à la prochaine présidentielle. «Je ne me présenterai pour rien. La politique n’est pas ma passion. Ma passion est le changement social, a-t-elle précisé, suscitant la déception du public. Je vais me consacrer à mon livre [autobiographique], qui sort à la fin du mois», a-t-elle conclu.

Si son mari avait rassemblé plus de 7 000 curieux en juin, Mme Obama a réussi à attirer pas moins de 10 200 personnes lundi. De nombreuses personnalités politiques, économiques et artistiques étaient également à l’événement organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain pour entendre l’ex-première dame. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, l’épouse du premier ministre Justin Trudeau, Sophie Grégoire-Trudeau, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, la vice-première ministre du Québec, Dominique Anglade, Cathy Wong ainsi que l’auteure Kim Thuy, étaient notamment présents.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!