JÉRUSALEM — Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a affirmé dimanche que son pays avait asséné des coups importants aux forces syriennes et iraniennes et a promis de prendre d’autres mesures contre ses adversaires à la suite des actions les plus musclées d’Israël en Syrie depuis l’éclatement d’une guerre civile en Syrie il y a près de sept ans.

Les mots durs de M. Nétanyahou devant ses ministres ont été prononcés au lendemain d’une série de frappes aériennes israéliennes en Syrie.

Les tensions se sont exacerbées au Proche-Orient après qu’Israël eut abattu un drone iranien qui tentait de survoler l’espace aérien de l’État hébreu.

En représailles, l’aviation israélienne a bombardé des cibles iraniennes en Syrie. Un de ses appareils s’est écrasé au cours des opérations.

Ces combats sont peut-être le prélude d’un avenir pas si lointain alors que la guerre civile semble s’atténuer en Syrie et que l’Iran semble renforcer sa présence militaire dans ce pays, un développement qu’Israël s’est engagé à ne jamais accepter.

L’État hébreu a lancé plusieurs avertissements contre l’implication grandissante iranienne en Syrie et au Liban. Le conseil des ministres a tenu une réunion tout près de la frontière pour faire connaître clairement ses intentions.

«Nous continuerons de frapper chaque fois qu’on tentera de nous frapper. Cela a été notre politique, et cela demeurera notre politique», a dit le premier ministre israélien, dimanche.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme, qui surveille l’état de la guerre en Syrie par l’entremise d’un réseau de militants sur le terrain, a affirmé dimanche qu’au moins six soldats syriens et de milices alliées avaient été tués dans les frappes aériennes. Ces six morts incluent des militaires syriens et d’autres origines, a indiqué l’organisation.

Selon le conseil des ministres, la tentative d’infiltration d’un drone «est une violation grave de la souveraineté israélienne». Il a souligné que l’Iran sera tenu responsable de cette ingérence, ce qui soulève le spectre d’une plus grave confrontation dans la région qui est demeurée plutôt stable depuis le conflit entre Israël et le Hezbollah, au Liban en 2006.

«C’est une sérieuse attaque iranienne contre le territoire israélien. L’Iran tente de plonger la région dans une aventure dont personne ne connaît la fin, a déclaré le principal porte-parole de l’armée, le général Ronen Manelis. Quiconque est responsable de cet incident en paiera le prix.»

Le premier ministre du pays Benyamin Nétanyahou et son ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, ont réuni le haut commandement militaire à son quartier général de Tel-Aviv pendant plusieurs heures afin de mener des consultations d’urgence.

N. Nétanyahou a dit avoir discuté avec le président russe Vladimir Poutine pour l’avertir qu’il entend répliquer avec force.

Israël a exhorté le Conseil de sécurité des Nations unies à dénoncer Iran et à mettre un terme «aux provocations iraniennes».

Tel-Aviv n’a pas confirmé si un de ses appareils a été abattu par un tir ennemi, ce qui ne s’est pas produit depuis 1982.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!