Tsafrir Abayov Tsafrir Abayov / The Associated Press

JÉRUSALEM — Un des principaux lieutenants du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou aurait décidé de tout raconter aux autorités et l’incriminera dans des affaires de corruption, selon ce que rapporte mercredi la presse locale.

Il s’agit du plus récent développement dans une succession de scandales retentissants qui menacent de détrôner M. Nétanyahou.

La police n’a pas voulu dire si Shlomo Filber, un ancien responsable des communications du premier ministre, a bel et bien accepté de témoigner contre son ancien patron, mais tous les principaux médias israéliens affirment qu’une telle entente a été conclue.

M. Filber a été arrêté pour avoir possiblement défendu des règles qui auraient eu une valeur de plusieurs centaines de millions de dollars pour la firme israélienne de télécommunications Bezeq qui, en échange, aurait offert une couverture médiatique favorable au premier ministre.

Un autre proche du premier ministre, l’ancien porte-parole de la famille Nétanyahou Nir Hefetz, aurait laissé entendre à la juge Hila Gerstel qu’elle pourrait être nommée procureure générale du pays si elle fermait un dossier impliquant les dépenses personnelles excessives de Sara Nétanyahou, la femme du premier ministre. L’offre ne s’est jamais concrétisée.

Les membres du gouvernement israélien, qui jusqu’à présent défendaient fidèlement le premier ministre, choisissent maintenant de se taire. M. Nétanyahou lui-même paraÎt ébranlé dans une vidéo publiée mardi, dans laquelle il déclare que ces allégations sont «de la pure folie».

L’éditeur en chef du quotidien Haaretz, Aluf Benn, a écrit mercredi que nous en sommes «aux derniers jours du règne de Benyamin Nétanyahou».

D’autres commentateurs ont estimé que M. Nétanyahou cherchera davantage à éviter la prison qu’à rester au pouvoir, si M. Filber décide de raconter tout ce qu’il sait.

L’ancien chef de cabinet de M. Nétanyahou, Ari Harow, a lui aussi accepté de témoigner contre son ancien patron.

M. Nétanyahou est déjà soupçonné de corruption dans deux autres affaires, mais n’a pas été accusé formellement.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!