KIGALI, Rwanda — Des leaders africains ont paraphé mercredi ce qui serait le plus gros accord de libre-échange depuis la création de l’Organisation mondiale du Commerce.

L’entente donne naissance à un marché continental de 1,2 milliard de consommateurs, dont le PIB global s’élève à 3400 milliards $ US.

Un des principaux objectifs de l’accord est de doper les échanges commerciaux intra-africains, tout en réduisant la dépendance envers la volatilité du cours des matières brutes qui frappe plusieurs exportations.

L’accord a été signé par 44 des 55 membres de l’Union africaine et on espère qu’il entrera en vigueur d’ici la fin de l’année, a dit le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat. Les États doivent maintenant ratifier l’entente.

Certains doutent subsistent toutefois. Le président du Nigeria, une des économies les plus puissantes du continent, n’a pas assisté au sommet, cédant ainsi aux pressions des syndicats.

On s’inquiète aussi de voir les habitants des pays les plus pauvres se déplacer vers des puissances économiques comme le Nigeria et l’Afrique du Sud, qui devraient être les principales bénéficiaires de cette entente.

L’accord a été signé par des pays dont l’économie est en pleine ascension, comme le Ghana et l’Éthiopie.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!