MONTRÉAL — L’éventualité d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, les deux superpuissances économiques de la planète, a continué à matraquer les marchés vendredi.

En matinée en Europe, le DAX allemand cédait 1,3 pour cent, le CAC 40 français 1,3 pour cent et le FTSE britannique 0,8 pour cent.

Au Japon, le Nikkei 225 s’est effondré de 4,5 pour cent, soit sa deuxième dégringolade en importance cette année. Ailleurs, le Kospi a perdu 3,2 pour cent en Corée du Sud et le Hang Seng 2,5 pour cent à Hong Kong.

En Chine, l’indice composé de la bourse de Shanghaï a cédé 3,4 pour cent. La bourse australienne a reculé de 2 pour cent, pendant que des pertes significatives étaient aussi encaissées à Taïwan, en Asie du Sud-Est et en Inde.

Jeudi, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a chuté de 724,42 points à 23 957,89 points, tandis que l’indice élargi S&P 500 a perdu 68,24 points à 2643,69 points. L’indice composé du Nasdaq a retraité de 178,61 points à 7166,68 points. D’autres pertes sont anticipées vendredi.

Le président américain Donald Trump a annoncé jeudi des sanctions commerciales majeures contre la Chine, y compris l’imposition de droits sur des importations chinoises d’une valeur de 48 milliards $ US, en plus de restrictions sur les investissements chinois.

Washington a identifié 1300 produits qui pourraient être ciblés, notamment dans les secteurs de l’aéronautique, de l’information et des technologies de communication.

La riposte de la Chine n’a pas tardé. Pékin a dévoilé vendredi une liste de produits américains — y compris le porc, les pommes et les tuyaux d’acier — d’une valeur de 3 milliards $ US qui pourraient faire l’objet de nouveaux droits si le président Trump va de l’avant avec ses intentions.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!