MONTRÉAL — Mélina Roberge, l’une des Québécoises impliquées dans l’importation en Australie d’une cargaison de cocaïne valant 16 millions $ par bateau de croisière en 2016 a été condamnée à 8 ans de prison mercredi.

Elle sera admissible à une libération conditionnelle à partir du 27 mai 2021.

La jeune femme de 24 ans avait déclaré, lors des audiences sur sa peine, le mois dernier, qu’elle avait d’abord refusé une demande de transporter la cocaïne, mais qu’elle a par la suite accepté lorsqu’on lui a offert une croisière gratuite.

Lors de son témoignage, Mme Roberge s’était ensuite mise à pleurer, disant qu’elle n’avait pas songé aux conséquences de ses gestes.

Son avocat avait ajouté qu’elle n’avait joué aucun rôle dans le trafic de la cocaïne. Le procureur avait répliqué que Mme Roberge savait fort bien ce qu’elle faisait.

L’autre Québécoise impliquée dans cette affaire, Isabelle Lagacé, âgée de 30 ans, a été condamnée en novembre dernier à sept ans et six mois d’emprisonnement.

Elle avait précédemment dit au tribunal qu’elle s’était impliquée dans la contrebande afin de toucher une somme d’argent qui lui aurait permis de rembourser une dette.

Un autre Québécois, André Tamine, âgé de 65 ans, recevra sa peine en octobre prochain.

Les trois Québécois ont transporté 95 kilogrammes de cocaïne lors d’une croisière de sept semaines partie de Grande-Bretagne.

Le navire MS Sea Princess a fait des escales aux États-Unis, aux Bermudes, en Colombie, au Panama, en Équateur, au Pérou et au Chili avant de traverser le Pacifique et d’arriver en Australie en août 2016.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!