AFP

De violents combats ont fait 39 morts jeudi aux portes de Hodeida, dans l’ouest du Yémen, au deuxième jour de l’offensive qui vise cette ville portuaire et fait craindre une interruption de l’aide humanitaire.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a demandé que le port de la ville, par où transite l’essentiel des marchandises importées, reste ouvert pour éviter que s’aggrave la crise humanitaire au Yémen, déjà considérée comme la «pire du monde».

Les combats se sont déroulés à 2 km de l’entrée de l’aéroport de la ville. «Nous ne sommes pas en train de nous approcher du port et nous n’avons pas l’intention de détruire l’infrastructure», a dit le ministre yéménite des Affaires étrangères Khaled Alyemany, parlant au nom des forces gouvernementales, soutenues par une coalition menée par l’Arabie saoudite.

Les deux piliers de la coalition, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, ont tenté d’apaiser les craintes sur l’aide humanitaire en maintenant des «ponts aérien, maritime et terrestre» pour assurer l’acheminement de cette aide, ont-ils affirmé.

L’émissaire de l’ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, a appelé à «la retenue» en soulignant être en contact avec «toutes les parties concernées pour négocier des arrangements».

La coalition dirigée par Ryad intervient au Yémen depuis mars 2015 pour aider le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi à stopper la progression des rebelles houthis qui occupent de vastes régions, dont Sanaa, la capitale.

Les rebelles houthis ont opposé une résistance farouche aux forces progouvernementales. Leurs tireurs embusqués ont tué ou blessé de nombreux soldats, selon des secouristes.

Dans ce contexte, le président Hadi s’est rendu jeudi à Aden, la capitale provisoire de l’autorité internationalement reconnue, lors de sa première visite publique dans le pays en guerre en plus d’un an.

Selon le Conseil norvégien pour les réfugiés, les habitants de Hodeida restent confinés chez eux. Dans cette guerre qui a fait près de 10 000 morts en plus de 3 ans, la bataille de Hodeida est la plus importante depuis l’offensive de l’été 2015.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!