Vigili Del Fuoco via AP

Au moins une personne a été tuée et des dizaines d’autres blessées lundi quand un camion-citerne a explosé sur le périphérique de Bologne, provoquant une énorme gerbe de feu et un violent incendie.

Selon les images d’une caméra de surveillance du trafic diffusées par la police, le camion-citerne a percuté par l’arrière un autre camion à l’arrêt: le choc a provoqué une petite explosion et un incendie, qui a dans un second temps, provoqué l’énorme explosion.

Une partie de la chaussée s’est effondrée sur une autre route en-dessous, où des véhicules ont été piégés.

Les pompiers ont mis près de deux heures à éteindre l’incendie, qui s’est propagé à des véhicules garés sur le parking d’un concessionnaire jouxtant l’autoroute.

Les secouristes ont ensuite commencé le délicat travail de tri des débris et des carcasses calcinées pour tenter de retrouver d’éventuelles victimes.

Selon la préfecture, le bilan est d’au moins un mort et 68 blessés.

Plusieurs restes humains ont été retrouvés sur les lieux, laissant penser dans un premier temps à plusieurs victimes différentes. Un porte-parole des pompiers a assuré qu’il s’agissait d’une seule personne mais que le bilan risquait malgré tout de s’alourdir.

La plupart des blessés souffrent de brûlures. Des policiers ou pompiers intervenus sur le premier incendie figurent parmi les victimes les plus graves. Beaucoup des blessés ont aussi été touchés par des débris ou par des vitres ayant volé en éclats dans le voisinage.

Le drame s’est déroulé à hauteur de Borgo Panigale, près de l’aéroport. L’axe, qui relie le nord-est et le sud de l’Italie, a été fermé à la circulation dans les deux sens et risque de ne pas rouvrir dans l’immédiat.

“Je travaillais ici (dans un restaurant voisin). A un moment, on a entendu une violente explosion, j’ai pensé que c’était une attaque terroriste”, a raconté Marco Rosadini, dont la voiture est restée bloquée sous l’autoroute effondrée, au journal La Repubblica.

La ville de Bologne a commémoré la semaine dernière l’anniversaire de l’attentat attribué à l’extrême droite qui avait fait 85 morts et plus de 200 blessés à la gare de la ville en 1980.

“Après l’explosion, le toit du restaurant a commencé à s’effondrer. J’ai regardé dehors et j’ai eu l’impression de voir un mur de feu”, a ajouté M. Rosadini.

Même si le feu a dégagé une épaisse fumée noire, les services de surveillance de la qualité de l’air n’ont pas relevé de polluants chimiques, a assuré la préfecture.

A Rome, les sénateurs ont observé une minute de silence en hommage aux victimes et le parquet a ouvert une enquête.

Le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, a adressé “une pensée pour les victimes et les blessés de la terrible explosion et un grand merci aux 100 pompiers qui sont rapidement intervenus”.

Le chef du gouvernement, Giuseppe Conte, a annoncé dans la soirée sur Facebook qu’il se rendrait mardi à Bologne “pour marquer la proximité de tout le gouvernement avec les victimes et leurs proches”.

Il se rendra aussi mardi à Foggia, dans le sud du pays, où douze ouvriers agricoles immigrés sont morts lorsque la fourgonnette à bord de laquelle ils revenaient d’une journée de travail a percuté un camion de tomates.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!