AFP Parmi les pièces figurent un pendant en diamants avec une perle naturelle d'une taille exceptionnelle, une paire de pendants d'oreilles, un collier composé d'une centaine de perles naturelles, et une bague monogramme contenant une mèche de ses cheveux.

Des bijoux de Marie-Antoinette gardés loin des yeux du public depuis deux siècles ont été exposés à Londres vendredi avant d’être mis aux enchères par Sotheby’s à Genève le 14 novembre, reflets de la «magie» de la reine.

Parmi les plus belles pièces, provenant d’une collection de la famille Bourbon-Parme, figurent un pendant en diamants avec une perle naturelle d’une taille exceptionnelle évalué à entre un et deux millions de dollars (entre 870 000 et 1,75 million d’euros), une paire de pendants d’oreilles et un collier composé d’une centaine de perles naturelles, estimé entre 200 000 et 300 000 dollars.

«La romance, la magie et l’universalité associées (à Marie-Antoinette) tiennent au fait qu’elle représente la sophistication de l’ancien régime», a déclaré à l’AFP Andres White Correal, le directeur des bijoux de Sotheby’s. Il compare l’épouse de Louis XVI à Cléopâtre et à Lady Di.

Si certaines reines ont eu davantage de poids politique et historique, Marie-Antoinette avait «de l’allure», selon lui.

«C’est la vente du XXIe siècle», déclare-t-il. «Car comment faire mieux que Marie-Antoinette ? et aussi parce qu’il ne reste plus beaucoup de ses bijoux».

Une bague monogramme contenant une mèche de ses cheveux sera aussi proposée à la vente, évaluée à entre 8 000 et 10 000 dollars.

«C’est une petite bague en diamant avec une boucle de ses cheveux à l’intérieur, des diamants roses formant les lettres MA», a expliqué à l’AFP Benoît Repellin, un spécialiste en bijoux chez Sotheby’s. «La valeur des diamants eux-mêmes est très faible mais il y a une valeur émotionnelle et historique».

Avant de tenter de fuir la France avec Louis XVI et ses enfants, Marie-Antoinette avait envoyé ses bijoux à Bruxelles, puis ceux-ci avaient été transmis à des proches en Autriche.

Arrêtés à Varennes, Louis XVI et Marie-Antoinette ont été guillotinés en octobre 1793 et leur fils Louis XVII est mort en captivité. Seule rescapée de la Révolution française, leur fille, Marie-Thérèse de France, a été libérée en décembre 1795. A son arrivée à Vienne, l’empereur d’Autriche lui avait remis les bijoux de sa mère, précieusement conservés.

La collection de bijoux mis aux enchères le mois prochain par Sotheby’s comprend aussi des pièces ayant appartenu au Roi Charles X, aux Archiducs d’Autriche et aux Ducs de Parme.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!