WASHINGTON – Sa société de capital-investissement s’est comportée tel un «vampire», et il est lui-même un «démolisseur d’emplois»: c’est du moins ce qu’affirme l’équipe électorale du président Barack Obama dans un nouveau message publicitaire qui cible le passage à la tête de Bain Capital de Mitt Romney, candidat de plus en plus probable du Parti républicain à l’élection présidentielle américaine.

Il s’agit de la plus récente offensive dans le cadre de cette bataille de plus en plus intense pour obtenir la faveur des électeurs en vue du scrutin du 6 novembre.

Le message d’une durée de deux minutes, qui doit être diffusé dans cinq États cruciaux, relate l’histoire d’une aciérie de Kansas City, au Missouri, achetée en 1993 par Bain Capital, une firme établie à Boston et qu’a dirigée M. Romney de 1984 à 1999, avant d’assumer la direction du Comité organisateur des Jeux olympiques d’hiver de Salt Lake City.

En 2001, au moment où l’industrie de l’acier aux États-Unis était confrontée à une forte concurrence étrangère, GST Steel a dû déclarer faillite, poussant au chômage plus de 750 travailleurs.

Le message montre quelques-uns de ces travailleurs.

Selon l’un d’eux, Jack Cobb, Bain Capital s’est comportée comme un vampire en «aspirant toute la vie qui animait les employés».

Joe Soptic, qui a oeuvré dans le secteur de la métallurgie pendant 30 ans, soutient que la société de M. Romney a soutiré autant d’argent qu’il lui avait été possible de le faire, avant de fermer l’usine. «C’était comme voir l’un de ses amis mourir au bout de son sang», ajoute-t-il.

Dans le cadre d’une élection qui, selon la majorité des observateurs, aura pour thème central l’économie, les responsables de campagne de Barack Obama comptent tomber à bras raccourcis sur les «années Bain» de Mitt Romney, et son soi-disant rendement en matière de création d’emplois.

Dans une offensive multi-plateforme, le clan Obama a également dévoilé une vidéo longue de six minutes, parsemées de plus longues entrevues avec des travailleurs de GST Steel et de deux autres sociétés ayant été confrontées à des faillites après avoir été acquises par Bain — Dade International, une firme spécialisée dans les équipements permettant de réaliser des diagnostics médicaux, et Stage Stores, une chaîne de magasins à rayons présente dans plusieurs petites villes américaines.

Le clan Obama a également créé un site web, RomneyEconomics. com, dans lequel elle dépeint M. Romney comme un «prédateur d’entreprises tueur d’emplois».

«Plongez une compagnie dans l’endettement, accumulez des profits de millions de dollars, laissez-la en faillite : voilà l’économie à la Romney», a lancé le clan Obama sur Twitter, lundi, tout en offrant un hyperlien vers le site internet.

Les responsables de la campagne de Mitt Romney, qui avaient déjà eu à répondre à des accusations semblables de la part de Newt Gingrich pendant la primaire républicaine, ont rapidement riposté.

«Nous apprécions les efforts des responsables du clan Obama de parler de nouveau des emplois et de leurs échecs en la matière», a déclaré Andrea Saul, une porte-parole de M. Romney, dans une déclaration officielle acheminée aux médias.

«Mitt Romney a permis de créer plus d’emplois pendant son passage dans le secteur privé, et plus d’emplois à titre de gouverneur du Massachusetts, que le président Obama pour une nation entière.»

Les responsables du clan Romney ont également fait remarquer que le candidat républicain avait quitté Bain en 1999, et qu’il n’avait pas à assumer la responsabilité des congédiements survenus après son départ.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!