Métro Plusieurs fois millénaire, Palmyre est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1980.

Les militants d’État islamique (EI) auraient truffé d’explosifs la cité antique de Palmyre dont ils se sont emparés le 21 mai dernier en Syrie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Le groupe a déjà dévasté des sites classés au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO dans les territoires qu’il contrôle en Irak, détruisant notamment la cité de Nimrod à l’aide de bulldozers, ou saccageant au pic et au marteau les œuvres du musée de Mossoul qu’EI jugeait profanes.

Maamoun Abdel Karim, le directeur des Antiquités syriennes, a affirmé hier avoir reçu des témoignages de résidants qui corroboraient les affirmations de l’OSDH.

«J’espère que ces informations sont inexactes, mais nous sommes inquiets.» Maamoun Abdel Karim, directeur des Antiquités syriennes

EI a promis de ne pas s’en prendre à la cité de Palmyre peu de temps après l’avoir conquise. Il est possible que les militants aient posé des explosifs pour faire pression sur le régime syrien, qui prépare une contre-offensive ayant pour but de reconquérir la cité.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!