AFP Relaxnews Cette annonce coïncide avec le 37e anniversaire d'un référendum par lequel l'Autriche a définitivement renoncé à l'exploitation de l'énergie nucléaire, le 5 novembre 1978.

Une des principales provinces autrichiennes a annoncé cette semaine avoir atteint son objectif de couvrir l’intégralité de sa consommation d’électricité avec des ressources renouvelables, une première dans ce pays pilote dans le domaine.

«La Basse-Autriche réussit à couvrir désormais 100% de ses besoins en électricité avec des énergies renouvelables», a annoncé le gouverneur conservateur Erwin Pröll lors d’une conférence de presse.

Cette annonce coïncidait avec le 37e anniversaire d’un référendum par lequel l’Autriche a définitivement renoncé à l’exploitation de l’énergie nucléaire, le 5 novembre 1978.

Le pays, qui dispose de riches ressources hydro-électriques, a depuis massivement investi dans les énergies renouvelables et consomme 75% d’électricité verte, pour 25% d’origine fossile.

La Basse-Autriche, une province de 1,65 million d’habitants, est pour sa part parvenue à réduire à zéro la part des énergies fossiles après avoir consacré 2,8 M€ à cette fin depuis 2002.

Les sources d’électricité de la province se composent désormais à 63% d’énergie hydraulique, de 26% d’éolien, de 9% de biomasse et de 2% de solaire.

Selon le gouvernement provincial, 300.000 personnes ont pris part au programme local de transition énergétique, notamment en isolant leurs logements et en installant des panneaux solaires. La Basse-Autriche affiche 36 000 «emplois verts».

A l’échelle nationale, l’Autriche, un pays de 8,5 millions d’habitants, veut subvenir d’ici quinze ans à la moitié de ses besoins énergétiques totaux – chauffage, transports et industrie compris – grâce aux énergies renouvelables, lesquelles couvrent déjà un peu plus du tiers (34%) de sa consommation.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!