BERLIN — Le ministre allemand de la Justice a promis vendredi de sévir contre les crimes xénophobes, après qu’une grenade ait été lancée dans la cour d’un centre d’accueil pour migrants dans le sud-ouest du pays.

Un porte-parole de la police régionale a dit que c’est par “pure chance” que la grenade n’a pas explosé et que l’attaque n’a donc pas fait de victimes tôt vendredi dans la ville de Villingen-Schwenningen.

L’Allemagne a accueilli environ 1,1 million de réfugiés, migrants et demandeurs d’asile l’an dernier. De multiples attaques ont été lancées contre des refuges, mais il s’agissait habituellement d’immeubles vacants qui étaient incendiés.

Le ministre Heiko Maass a déclaré que l’attaque à la grenade représente un nouveau niveau de haine et de violence.

Il convoquera ses homologues des États afin de mieux coordonner les réponses locales et fédérales, de manière à poursuivre plus efficacement les auteurs de crimes xénophobes.

La police a formé une escouade spéciale pour retracer le ou les responsable(s) de l’attaque de Villingen-Schwenningen. Des experts légistes font aussi enquête.

Des gardes de sécurité ont repéré la grenade et éloigné les réfugiés en attendant l’arrivée de la police. L’engin a été neutralisé par l’escouade antibombe vers 5 h, heure locale, après l’évacuation d’une vingtaine de résidants.

Par ailleurs, l’Organisation internationale pour les migrations a sonné l’alarme, vendredi, après que 218 personnes se soient noyées depuis le début de l’année en tentant de traverser la mer Égée depuis la Turquie vers la Grèce. Un porte-parole de l’agence onusienne a dit que ce bilan est d’autant plus inquiétant que “seulement” 55 000 personnes ont tenté la traversée depuis le 1er janvier. En comparaison, la traversée entre la Libye et l’Italie, qui est traditionnellement jugée plus dangereuse, a fait 244 morts.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!