Des fidèles de la mosquée de Brossard souhaitent acheter un grand terrain en Montérégie pour y bâtir des dizaines de maisons destinées presque exclusivement aux familles musulmanes, cette nouvelle nous est tombée dessus très tôt en début de semaine avec son lot sulfureux de réactions.

Au-delà de tout ce qui a été dit à ce sujet, le drame dans ce projet loufoque, c’est comment on en est arrivé collectivement au Québec au point d’être témoins d’une minorité au sein de la minorité issue du monde musulman qui veut bâtir par ses propres mains son ghetto, sa prison à ciel ouvert, et qui le promeut au vu et au su de tous? C’est cette question qui doit nous interpeller!

Il suffit de revoir l’interview que Nabil Warda, le promoteur dudit projet de résidence pour musulmans à Brossard, a accordée à Anne-Marie Dussault, à l’émission 24/60 de RDI, pour comprendre ce grand n’importe quoi. C’était pathétique de voir ce pauvre type se démener comme un diable dans de l’eau bénite pour expliquer l’inexplicable. Ça sautait aux yeux que ce promoteur ne savait pas du tout quelle tempête il a déclenchée ni dans quel bourbier il s’est empêtré. Il est clair que ce projet a été initié par des gens qui ne savaient pas ce que devrait être un musulman en Occident, ni quelle est sa meilleure voie vers une intégration louable et essentielle.

Certes, qu’ils soient croyants ou pas, pratiquants ou pas, les Québécois issus du monde musulman sont la cible d’une discrimination systémique, réelle et documentée, mais pas au point de se replier sur soi. Au contraire, contre vents et marées, avec l’aide de la société d’accueil, les victimes de cette aberrante discrimination doivent s’investir dans la société civile, les partis politiques, les syndicats et, surtout, s’ouvrir à leurs nouveaux compatriotes, quelques soient leurs origines, sexes, croyances ou orientations sexuelles, car c’est ça le vrai sens de faire partie d’un pays. C’est de rester sur le même bateau, même quand la mer gronde!

Il faut aussi que notre société d’accueil, notre société civile, nos partis politiques et notre gouvernement demeurent vigilants pour ni politiser le débat identitaire, ni attiser gratuitement les craintes envers les musulmans du Québec.

En effet, sur le même plateau de 24/60 qui a accueilli Nabil Warda, l’ancienne députée libérale de La Pinière, Fatima Houda-Pepin, a inscrit ce projet aberrant de résidence pour musulmans dans le cadre d’une machination qui serait ourdie depuis plus de 20 ans par des islamistes machiavéliques! De quoi semer le trouble dans la tête des Québécois en ces temps plus que tourmentés. Quel gâchis!

À lire aussi sur le même sujet: Quartier musulman ou l’histoire d’un mauvais timing, par Frédéric Bérard

Aussi dans Autrement dit :

blog comments powered by Disqus