Manu Fernandez/AP Lionel Messi à son arrivée au tribunal jeudi à Barcelone.

Sportivement parlant, Lionel Messi est sans conteste un extra-terrestre, mais il est aussi un humain accusé de fraude fiscale. Son procès s’est ouvert aujourd’hui à Barcelone.

Cette affaire fait déjà le buzz partout, car celui qu’on surnomme La Pulga (la puce) est une vedette planétaire. Il compte des admirateurs aux quatre coins du monde, même dans les contrées les plus reculées.

En effet, le mois de février dernier, les médias de la planète ont relayé l’histoire hallucinante de Murtaza, un enfant afghan de cinq ans qui portait un maillot argentin de Messi fabriqué à l’aide d’un sac plastique. Lorsque le surdoué du Barça a eu écho de cette histoire sur le web, il a envoyé à Murtaza un vrai maillot de l’Albiceleste, l’équipe nationale argentine de foot.

Malheureusement, cette générosité sincère est entachée par une accusation de fraude fiscale que le prodige du ballon rond traîne depuis trois ans.

Le parcours de Lionel Messi commence comme un conte de fée. En 2000, dès l’âge de 13 ans, il rejoint La Masia, le mythique centre de formation du FC Barcelone, qui a aussi pris en charge les traitements médicaux coûteux nécessaires pour traiter le déficit partiel d’hormones de croissance du virtuose argentin.

Dès le départ, le père de l’adolescent Lionel Messi a commencé à placer les revenus publicitaires de son rejeton dans des paradis fiscaux.

D’après plusieurs médias internationaux, cette fraude dépasse les 6 millions de dollars détournés du fisc espagnol entre 2007 et 2009.

Évidemment, les avocats de La Pulga clament l’innocence de leur client qui se focalisait sur son sport alors que c’est son père qui gérait directement ses affaires. D’ailleurs, en guise de bonne foi, Lionel Messi et son père ont déjà versé ce qu’ils devaient au fisc espagnol, en 2013.

Je ne le cache pas, après Maradona, La Pulga est devenu mon joueur préféré de foot, car, ballon au pied, il est l’incarnation de l’esprit d’attaque avec une finesse hors pair. Justement, à un jeune âge, il a affolé les statistiques de sa discipline et engrangé les trophées individuels et en club à une cadence industrielle.

Est-ce le père qui a voulu protéger l’avenir de son fils sous les conseils véreux de fiscalistes experts en évitement fiscal? Lionel Messi a-t-il été au courant de tous les stratagèmes ourdis par ses conseillers?

On ne saura peut-être jamais le fin fond de cette histoire. Et même s’il s’est acquitté de sa dette envers la société espagnole, cette histoire de fraude fiscale salit la réputation de Lionel Messi.

Aussi dans Autrement dit :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!