Inutile

Puisque certains lecteurs veulent utiliser le drame d’Ottawa pour ressortir l’histoire du fichier des armes longues, eh bien la réponse est cinglante : ce qui s’est passé démontre bien l’inutilité de ce fichier. Soit l’arme du tireur était illégale (la plus grande passoire du monde nous servant de frontière avec le plus grand réservoir d’armes du monde, les États-Unis), soit elle était enregistrée, et cela montre que de déclarer une arme n’a jamais empêché de péter une coche et de tuer des gens! C’est aussi idiot que de dire que le permis de conduire empêche la rage au volant.

Johann O’Neil

Plus qu’une mission éducative

Les présentes élections scolaires comportent un enjeu qui occulte tous les autres : l’avenir des commissions scolaires. Mais il ne faut pas oublier tous les autres enjeux!

La mission première de l’école est d’instruire et de former nos enfants, dans un environnement sain et sécuritaire. Cependant, l’éducation et la réussite scolaire ne se limitent pas au strict cadre de l’école.

L’école n’est pas isolée de la société et les inégalités sociales ne disparaissent pas magiquement lorsque ses portes se referment. La réussite scolaire est dépendante du contexte social et familial, des conditions économiques et de la valeur accordée à l’éducation dans l’ensemble de la société. D’où la nécessité d’agir au-delà de l’intervention académique et de créer des ponts avec la communauté.

La réussite à l’école n’est pas possible dans un contexte de pauvreté, de méconnaissance de la langue, d’isolement culturel ou de faim. La situation est particulièrement épineuse à Montréal, où nous devons relever de nombreux défis. Ce qui explique que les commissions scolaires de l’île de Montréal ont choisi au fil des ans de s’investir dans des mesures visant le soutien alimentaire, l’intégration des nouveaux arrivants ou le maillage avec la communauté.
La Commission scolaire de Montréal (CSDM) est même allée plus loin en soutenant des organismes communautaires, des cuisines collectives, des tables de quartier ou des CPE. Elle le fait en louant à faible coût des locaux dans ses bâtiments excédentaires ou en soutenant financièrement des projets communautaires. Parce que ces organismes représentent une valeur ajoutée dans la recherche de la cohésion sociale et le rapprochement avec les écoles.

Voilà pourquoi la CSDM a aussi soutenu pendant une trentaine d’années six centres d’éducation populaire qui sont aujourd’hui menacés. Des centres qui, par cette autre forme d’éducation, rejoignent ceux qui se sont le plus éloignés du réseau scolaire.

Voilà ce que nous appelons la mission sociale d’une commission scolaire. Malheureusement, le ministre Yves Bolduc a dit en août que la CSDM doit se centrer uniquement sur sa mission éducative et délaisser sa mission sociale, dont la location d’espaces aux organismes communautaires.

La mission sociale d’une commission scolaire est inséparable de sa mission éducative. Nous espérons que ce rôle sera clairement réaffirmé par des engagements de tous les candidats dans l’actuelle campagne. Et nous espérons aussi que le gouvernement du Québec poursuivra sa réflexion et ira plus loin que la simple logique comptable.

Yves Bellavance, Coalition mont-réalaise des Tables de quartier

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!