Archives Getty Cam Newton

Saison après saison, le paysage se transforme dans la NFL.

Des équipes s’améliorent, tandis que d’autres régressent. Des joueurs éclosent, tandis que d’autres ralentissent. Rien de bien étonnant dans tout cela. Par contre, des changements surviennent parfois aussi soudainement qu’une colère de Jacques Mercier dans Lance et compte. Dans ces circonstances, nous ne pouvons que nous demander : qu’est-il arrivé…

Aux Packers de Green Bay
L’équipe d’Aaron Rodgers a déjà triplé son nombre de défaites (3) par rapport à l’année dernière, et la saison de la NFL n’est commencée que depuis cinq semaines. D’accord, les Packers se sont fait voler une victoire par les arbitres remplaçants à Seattle.

N’empêche, ils sont ceux qui ont le plus déçu cette année. D’autres équipes ont de pires débuts de saison (Browns de Cleveland, Titans du Tennessee), mais les Packers étaient considérés par plusieurs comme les favoris pour remporter le Super Bowl.

Maintenant, ils joueront leur saison dimanche soir à Houston. Tout un contrat.

Le plus étonnant, dans tout cela, est que la défensive de Green Bay semble s’être améliorée. L’unité, menée par Clay Matthews, parvient régulièrement à mettre de la pression sur les quarts adverses. L’attaque, cependant, en arrache un peu. Et tout cela à cause de l’incapacité de la ligne offensive à protéger Rodgers. Tant que les gros bonshommes en jaune et vert ne donneront pas plus de marge de manœuvre à leur quart, les Packers auront peu de chance de connaître le même succès qu’en 2011.

À Cam Newton
Il est peut-être trop tôt pour le comparer à Vince Young, ce qu’un chroniqueur du Sports Illustrated a fait hier, mais force est d’admettre que le quart-arrière des Panthers de la Caroline n’est que l’ombre de lui-même en 2012. La recrue offensive par excellence de la dernière saison ne s’impose pas, autant au sol que par la voie des airs. Pour être honnête, la qualité du jeu de Newton avait déjà commencé à baisser à la fin de la dernière campagne. Les coordonnateurs défensifs adverses ont pu étudier les lacunes du jeune quart et les ont exploitées.

Newton manque de précision dans ses passes et quand on l’empêche de rejoindre Steve Smith sur de longs tracés, son efficacité chute dangereusement.

À Chris Johnson
Les performances de Chris Johnson diminuent en qualité semaine après semaine depuis le début de la dernière campagne. Il a connu un début de saison catastrophique en 2011, avant de reprendre un rythme à peu près normal. Il a terminé la campagne avec une récolte acceptable de 1 047 verges au sol. Cette saison, Johnson n’a même pas une moyenne de 50 verges de gains par match.

Certains vous diront qu’il s’est assis sur ses millions après avoir signé son nouveau contrat en 2011. D’autres affirmeront qu’il souffre de la piètre qualité de sa ligne à l’attaque et du jeu aérien des Titans. Dans une certaine mesure, ces facteurs ont probablement un impact.

Cependant, il est possible que Johnson ne possède plus les qualités nécessaires pour être dominant dans la NFL. Déjà que la durée de vie d’un porteur de ballon est très courte, celle d’un joueur comme Johnson, qui compte principalement sur sa vitesse, l’est encore plus.

À surveiller
Voici les matchs à ne pas rater au cours de la sixième semaine d’activité dans la NFL.

  • Cowboys c. Ravens (dimanche à 13 h). Ces deux équipes sont capables du meilleur comme du pire cette saison. Si elles sont en forme dimanche, nous aurons droit à un bon spectacle.
  • Patriots c. Seahawks (dimanche à 16 h). Il est toujours intéressant de voir une attaque explosive (Patriots) croiser le fer avec une défense dominante (Seahawks).

Aussi dans Dans la zone des buts :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!