The Associated Press Une manifestation anti-Trump devant les bureaux de CNN, dimanche Hollywood

Le téléphone sonne. C’est Marc, un vieux chum du baccalauréat qui réside aujourd’hui à Toronto. Une bête politique. Un vrai progressiste. Qui m’appelle de temps à autre pour parler de son band de blues, mais surtout de Trudeau, Harper, Couillard et autres. Des prochaines élections. Du fait que le centre-gauche doit innover, sortir des ornières habituelles. Combattre le populisme, le protectionnisme, la droite identitaire. Vous voyez le genre.

Dans son alarmisme se trouve néanmoins chez Marc une candeur quasi touchante. Celle qui donne le goût de croire à ses histoires d’engagement politique. À chaque appel, je l’écoute, sourire aux lèvres, s’enthousiasmer, s’exciter. Heureux d’avoir des amis qui y croient encore. Marc est, d’ordinaire, un fort antidote au cynisme ambiant.

Mais pas cette fois. Il a la voix non seulement triste, mais déconfite.

Il me lance: «Fred, ça ne va pas du tout, mon gars. C’est la fin. Trump, je veux dire. J’en reviens pas.»

Ouf. Le désarroi de sa voix, dans son ton, m’a sidéré. Je réplique aussitôt, tournant inutilement le fer dans la plaie: «Tu sais que Cohen vient de mourir?» Silence. Trump, Cohen, les flics qui épient des journalistes pendant des semaines, des mois, cautionnés par le pouvoir judiciaire. La vache. Quelle semaine de.

«Fred, suis sérieux, on fait quoi? Le populisme se retrouve partout. Regarde le Front national français. La Turquie. Legault fier d’être comparé à Trump…
– T’as raison. Et le p’tit joufflu de la Corée du Nord qui risque de vouloir appuyer sur le piton rouge avant qu’on le fasse à sa place…
– Fred, tu m’aides pas, mon gars. On fait quoi, maintenant?»

Je ne sais trop quoi répondre. Parce que, depuis quelques jours, je partage, dans plusieurs sens, le même désarroi. Est-ce la fin? Le début de celle-ci?
Faut dire que le probable cabinet de Trump n’annonce rien de trop rassurant: un ancien de Goldman Sachs au Trésor (pas pire, pour un candidat «anti-establishment»). Un climato-sceptique à l’Environnement. Un créationniste à l’Éducation. Taboire.

Au sein de la société civile, rien de mieux. Des réseaux sociaux empreints de commentaires racistes, violents ou xénophobes. Des requêtes afin que Trump remplisse ses promesses, notamment celles de ficher les musulmans, de déporter les Mexicains. Le Ku Klux Klan qui célèbre publiquement la victoire de son candidat. Des partisans de Clinton qui en appellent au viol de la nouvelle First Lady… re-taboire.

Bref, suis autant découragé que Marc. Sinon plus. Mais faut pas lui dire. Parce que, si Marc-le-candide décroche, c’est fini.

N’y croyant pas trop moi-même, je balance alors ceci:

«On a deux options, mon vieux : on résiste ou on s’écrase. Je propose la première option. On inonde les médias traditionnels, les sociaux. La rue, les ONG. L’éducation populaire, soit la plus grande ennemie des démagogues. Les partis politiques.
– Ça peut fonctionner, tu penses?
– Sais pas. Mais il est temps de se ressaisir, mon Marc. Avant que ça ne finisse mal. Ou finisse tout court.»

Aussi dans In Libro Veritas :

blog comments powered by Disqus