Getty Images/iStockphoto

Je vous ai eus, mes snoros. Hilala que je vous connais. Suffit d’une photo de signes religieux pour vous faire accourir comme des lapins. On appelle ça du click bait. Et pourquoi? Parce qu’à chaque fois qu’une chronique tend à vous parler d’études environnementales annonçant l’imminence d’une catastrophe, vous regardez ailleurs, sifflotant. Davantage préoccupés par le turban imaginaire que la fonte glacière, réflexe galvanisé par certains médias et un gouvernement à la plateforme environnementale inexistante.

Vous êtes toujours là? Alors on continue avec un jeu. Celui de 100 médecins qui, après une batterie de tests aux conclusions identiques, vous annoncent votre mort prochaine. Seul espoir: un redressement de situation de votre part. Dans le sens d’immédiat.

Question, maintenant: vous accordez quelconque crédibilité au diagnostic, ou vous préférez suivre le feeling de mon’oncle Reynald, lequel vous assure de ne pas stresser avec ça, que tout va bien?

Bon. Maintenant, on dresse un parallèle avec la question environnementale. En novembre dernier, plus de 15 000 scientifiques annonçaient la mort assurée de l’humanité d’ici quelques décennies à peine, à moins de donner un sacré coup de barre, et ce, maintenant…

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), réunis cette semaine par l’ONU en Corée du Sud, est allé de prévisions similaires, sinon plus pessimistes.

Les 91 auteurs qu’il chapeaute calculent qu’au rythme actuel, le mercure aura grimpé de 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels dans aussi peu que 12 ans, soit en 2030. Pire, il aura augmenté de 3°C d’ici 2100 si les dirigeants du monde se contentent de respecter leurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) pris en 2015 dans le cadre de l’Accord de Paris. Donc, même si on respecte Paris, ce qui n’est pas le cas, le mercure aura grimpé de 1,5°C d’ici 2030. Dans le cas contraire, et merci aux Trump, Macron, Trudeau, Ford et Legault de ce monde, on parle conséquemment d’un réchauffement encore plus rapide.

Résultantes? Fonte des glaces de l’Antarctique et du Groenland, augmentation de la température de l’eau, et érosion progressive des côtes.

L’impact sur le Québec? Catastrophique: «Au Québec, la marée s’engouffrera dans le Saint-Laurent jusqu’à la banlieue est de Montréal. Après le Vieux-Québec, Saint-Roch et Limoilou, le fleuve avalera Bécancour et une partie de Trois-Rivières, puis tout le pourtour du lac Saint-Pierre, de Yamachiche à Berthierville, avant d’atteindre les rues de Contrecœur et de Charlemagne.» Cool, hein?

Toujours selon l’étude rapportée par TVA, la tendance actuelle se traduira par les impacts suivants:

Perte d’écosystèmes
1,5 °C = 7 % en moins
2 °C = 13 % en moins

Mort des coraux
1,5 °C = 70 à 90 %
2 °C = 99 %

Tonnes d’espèces marines en moins
1,5 °C = 1,5 million de tonnes
2 °C = 3 millions de tonnes

Personnes touchées par la hausse du niveau des océans
1,5 °C = 31 à 69 millions
2 °C = 32 à 80 millions

Personnes touchées par la sécheresse
1,5 °C = Plus de 350 millions
2 °C = Plus de 411 millions

Personnes touchées par la chaleur extrême
1,5 °C = 14 % de la population mondiale
2 °C = 37 % de la population mondiale

Vous stressiez avec les trois milles demandeurs d’asile haïtiens de l’an dernier? Va falloir vous habituer, l’ONU prévoyant plus de…300 millions de réfugiés climatiques, et ce, d’ici…30 ans. Ça va être beau taleur. Bien hâte de lire les chroniques de nos identitaires, ainsi que les commentaires des lecteurs.

Alors, en conclusion, on fait quoi? Suivre les recommandations des docs, ou celles de mon’oncle Reynald?

Aussi dans In Libro Veritas :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!