Les Montréalais aiment bien taquiner la Ville de Montréal pour son apparente lenteur lorsque vient le temps de faire disparaître les cônes oranges. Voilà probablement pourquoi plusieurs internautes se sont étonnés que le Japon puisse, lui, réparer un immense trou de 30 mètres de diamètre dans la chaussée en seulement 48 heures!

On explique dans plusieurs articles qu’un immense trou s’est formé devant une station de train dans la ville japonaise de Fukuoka, la semaine dernière. Après des travaux menés 24 heures par jour, les industrieux travailleurs du pays du Soleil levant ont réussi à tout réparer en 48 heures. Il faut le faire!

Pourquoi les Japonais peuvent-ils réparer cela en 48 heures, alors que la Ville de Montréal peut prendre des semaines, voire des mois, à effectuer des travaux?

Presque tous les articles renvoient au quotidien britannique The Guardian, qui a parti le bal. Mais la plupart semblent avoir mal lu l’article original. Le Guardian affirme que les travailleurs avaient «presque réussi à remplir le trou après 48 heures», mais vous comprenez bien qu’il faut bien plus que simplement remplir un trou pour réparer la chaussée.

En fait, les Fukuokais n’ont pas réussi à réparer le trou en 48 heures. Ça leur a pris une semaine. Aucun des articles japonais consultés par l’inspecteur ne mentionne ce fameux 48 heures de réparation. Une recherche Google Actualités pour «Fukuoka 48 heures» en japonais (福岡48時間) ne donne absolument rien.

Non, tous les articles affirment que la réouverture de la rue a pris une semaine. L’incident a eu lieu le 8 novembre, et l’intersection a été rouverte à la circulation le 15 novembre, soit 168 heures plus tard (remarquez que l’ouverture de la rue a été retardée de 24 heures en raison de la pluie selon les médias locaux, donc disons 144 heures).

[MISE À JOUR]: Un merveilleux lecteur a envoyé cette vidéo à l’inspecteur, où on voit clairement que les travaux ont nécessité une semaine. Merci!

C’est absolument époustouflant! Mais ce n’est pas 48 heures.

En passant, le maire de Fukuoka s’est confondu en excuses pour l’inconvénient causé par la situation. Sans farces.

(À titre d’exemple, un trou similaire sur la rue Sainte-Catherine, dans le centre-ville de Montréal, avait avalé une rétrocaveuse le 5 août 2013. Les travaux avaient été complétés le 25 août 2013, soit 20 jours plus tard. Oui, les Japonais sont donc beaucoup plus rapides que nous.)

Aussi dans Inspecteur viral :

blog comments powered by Disqus