THE CANADIAN PRESS Penny Oleksiak.

Un premier Canadien a remporté hier une médaille olympique. Andre De Grasse (avec pas d’accent, comme dans Eugenie Bouchard) a remporté le bronze au 100 mètres. Toutes les autres médailles canadiennes ont été remportées par des femmes.

Ceci a bien sûr amené une station de radio de Québec à ouvrir les lignes pour demander à ses auditeurs: «8 médailles amassées par des Canadiennes, versus 0 par les hommes, est-ce la preuve que les femmes dominent dans notre société?». Ceci n’est pas une blague.

Évidemment, ce n’est la preuve de rien. Et l’opinion des auditeurs ne devrait pas non plus nous permettre de tirer cette question au clair. En fait, nous saurons que les femmes dominent dans notre société lorsque Canadien sera composé de trois trios féminins sur quatre. Pas avant.

De toute façon, la fierté canadienne n’a pas de genre. Ni de sexualité. La fierté canadienne est queer. Tant que nos athlètes nous rapporteront des médailles, nous aurons le motton dans nos salons, tous sexes confondus.

Aussi dans Le Sportnographe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!